Abonnez-vous pour 1€

Deux tiers des entreprises belges victimes de la cybercriminalité

Deux tiers des entreprises belges victimes de la cybercriminalité
Reporters

La majorité des signalements concernent des tentatives de pénétrer dans certaines parties du système informatique de l’entreprise sans que les données n’aient été volées ou endommagées (50%) et les cyberattaques qui occasionnent des perturbations du système (46%). Suivent ensuite à distance l’extorsion et le chantage (24%), la fraude au système bancaire virtuel (13%) et l’espionnage industriel (4%).

La plupart des sociétés ont été visées plus d’une fois. Pour 32% d’entre elles, des incidents répétés ont perturbé leur système informatique.

Pour plus de la moitié des entreprises interrogées, aucun coût n’a été engendré pour le remplacement de logiciels et 94% n’ont pas payé la rançon exigée pour récupérer leurs données. Selon le type du cybercrime, 62 à 77% des entreprises ne déplorent aucune perte du chiffre d’affaires.

Une petite minorité est toutefois sévèrement touchée: 9% des sociétés visées par l’extorsion et le chantage ont subi des dégâts évalués à plus de 10.000 euros. Selon la nature de l’attaque, le chiffre d’affaires a baissé de plus de 50.000 euros dans 3% des cas. Entre 14 et 21% ont subi des dégâts au moins considérables sur leur fonctionnement interne quotidien.

L’Institut pour la criminologie de Louvain a interrogé 300 entreprises belges.

Notre sélection vidéo