Abonnez-vous pour 1€

Bernie Ecclestone riposte aux commentaires de Lewis Hamilton: «Je ne suis pas anti-Noir, bien au contraire»

Bernie Ecclestone riposte aux commentaires de Lewis Hamilton: «Je ne suis pas anti-Noir, bien au contraire»
Photo News

Bernie Ecclestone, l’ancien CEO de la Formule 1, s’est lancé dans une diatribe au Sunday Express ce dimanche après que Lewis Hamilton a qualifié ses commentaires sur le racisme d’« ignorants et sans éducation ».

Le sextuple champion du monde de Formule 1 avait réagi samedi sur Instagram à la suite de l’interview de son compatriote à CNN au cours de laquelle il avait notamment dit que les Noirs peuvent être plus racistes que les Blancs.

Ecclestone, 89 ans, a insisté sur le fait qu’il n’était pas raciste, avant d’indiquer que le racisme n’est pas un problème de société.

Il a ensuite tenté de discréditer les protestations contre les brutalités policières, et a affirmé qu’il est « soudainement à la mode de parler de diversité ».

Ecclestone a déclaré : « Je ne suis pas anti-Noir. Bien au contraire. J’ai toujours été très favorable à la diversité ».

« En fait, le père de Lewis [Hamilton] voulait se lancer en affaires avec moi. Il fabriquait de belles machines à ramer. Je n’y aurais même pas pensé si j’avais été anti-noir. Si le projet avait été bon, je l’aurais fait ».

« Au fil des ans, j’ai rencontré beaucoup de Blancs que je n’aimais pas, mais jamais un Noir que je n’aimais pas ».

« J’ai été agressé plusieurs fois, dont une fois par trois Noirs. J’ai fini à l’hôpital, mais même après cela, je n’ai jamais été contre quelqu’un qui était noir. »

« Je ne considère pas Lewis comme un Noir ou quoi que ce soit d’autre. Il est juste Lewis pour moi. »

« Si un Noir ou un Blanc se voit refuser un emploi, il faut se demander pourquoi. Est-ce à cause de la couleur de leur peau ou parce qu’ils n’étaient pas à la hauteur ? C’est ce que j’ai dit. »

« Et puis les gens participent à ces marches, organisées par des quasi-marxistes qui veulent faire tomber la police, ce qui serait un désastre pour le pays. Si vous demandiez à la plupart d’entre eux à propos de quoi exactement ils protestaient, ils ne le sauraient probablement pas. »

Ecclestone a ensuite comparé les difficultés d’être noir à celles d’être petit, et a affirmé que les Noirs doivent apprendre à y faire face de la même manière que lui. « Ce n’est pas ma faute si je suis blanc, ou si je suis un peu plus petit que le voisin. A l’école, on m’appelait Titch (petite personne, NDLR). J’ai réalisé que je devais faire quelque chose. Les Noirs doivent se prendre en charge. »

Des voix se sont élevées pour demander à la Formule 1 de bannir Bernie Ecclestone des circuits lorsque le championnat du monde reprendra le 5 juillet en Autriche.

Notre sélection vidéo