Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus: une plainte collective sera déposée contre X pour les victimes de la gestion de la crise

Illustration
Illustration - Belga Image

Dix personnes se constitueront parties civiles, leurs plaintes ayant été estimées particulièrement solides. Parmi elles figurent un infirmier amené à œuvrer sans protection et qui a contaminé sa famille ou encore une personne qui a perdu un proche dans une maison de repos. Un plus grand nombre d’appels et d’emails ont été reçus et d’autres personnes se sentant victimes sont appelées à se faire connaître après l’ouverture prochaine du site covidplainte.be.

« On a voulu fabriquer un outil à destination des personnes concernées pour qu’elles puissent se défendre elles-mêmes », explique Véronique Dockx, membre active du collectif. « L’idée est d’ouvrir un droit pour que toutes les personnes, quelles que soient leurs conditions financières, puissent être entendues. (…) On parle de commission parlementaire, mais cela revient pour nous à demander aux responsables politiques d’enquêter sur leurs manquements. Nous, on voudrait qu’une enquête judiciaire indépendante soit réalisée. »

Le dossier qui sera déposé compte une centaine de pages. Il regroupe différents témoignages, notamment de personnes handicapées ou de malades qui se sont présentés à l’hôpital sans recevoir de soins. Il met en cause des incuries en différents endroits, pointant par exemple le triage effectué dans les maisons de repos ou encore dénonçant une saturation des centres d’hébergement pour sans-abri et sans-papiers. Les citoyens demandent entre autres à la justice d’évaluer la part de responsabilité des autorités dans le manque de masques, de matériel de protection et de tests, et de répondre à certaines questions en suspens relatives à l’approvisionnement. Le collectif s’étonne par exemple que des grands magasins ont pu vendre du jour au lendemain des quantités importantes de masques.

La plainte dirigée contre X vise à pouvoir toucher différents niveaux de pouvoir dans diverses chaînes de commandement. Elle porte notamment sur des griefs de défaut de prévoyance, négligence et abstentions coupables, mise en danger de la vie d’autrui et non-assistance à personne en danger.

Le collectif belge, qui compte pour l’heure environ une trentaine de membres, est en contact avec l’initiative française plaintecovid.fr. Il espère qu’un regroupement plus large pourra se faire entre pays européens.