Abonnez-vous pour 1€

La majorité verviétoise recale les modifications budgétaires de son CPAS

Aydin (à droite) à côté de Loffet ce lundi soir.
Aydin (à droite) à côté de Loffet ce lundi soir. - D.R.

La majorité verviétoise, composée du PS, du MR et de Nouveau Verviers, a recalé lundi soir lors d’un conseil communal extrêmement tendu les modifications budgétaires et le plan quinquennal du CPAS, plan approuvé le 27 mai dernier par une majorité alternative (PS-Ecolo-cdH-PTB) lors du conseil de l’action sociale. Ce plan a depuis lors été recalé par le Centre régional d’aide aux communes (CRAC).

Le torchon brûle depuis plusieurs mois entre le président du CPAS de Verviers, Hasan Aydin (PS), et le collège verviétois. Après l’accouchement difficile du budget 2020, l’utilisation d’une majorité alternative pour voter les premières modifications budgétaires et quelques décisions polémiques, la relation entre les deux parties s’est détériorée conduisant ce dimanche au dépôt d’une motion de méfiance individuelle à l’encontre d’Hasan Aydin, motion qui sera examinée le 7 juillet prochain par le conseil communal.

Dans ce très délicat contexte, les élus verviétois ont dû examiner lesdites modifications budgétaires reposant sur l’engagement de cinq personnes mais aussi un plan quinquennal où le CPAS s’arrogeait unilatéralement 500.000 euros annuels supplémentaires et pour cinq ans.

D’entrée de jeu, le président du CPAS a botté en touche cette dotation de 500.000 euros. Il a aussi tenté de convaincre la majorité d’agencer quelque peu les engagements proposés en maintenant deux d’entre eux à charge du budget extraordinaire du CPAS et en reportant les autres soit de quelques semaines soit à 2021.

Hasan Aydin a surtout martelé l’importance du projet intergénérationnel prévoyant la construction d’une crèche et d’une résidence service. Ce projet nécessite une enveloppe de 400.000 euros mais le président du CPAS estime que l’engagement actuel n’est estimé qu’à 50.000 euros.

Malgré cette main tendue qui a recueilli l’assentiment de l’opposition qui a finalement maintenu sa confiance au président du CPAS, à tout le moins dans ses projets et sa gestion de l’institution, le collège a écarté les solutions techniques mises sur la table par M. Aydin et gelé le projet intergénérationnel.

Les plans financiers demandés

« Nous sommes favorables aux projets du président du CPAS mais on demande les plans financiers avant de s’engager. On partage sa volonté au sein du collège mais on propose d’engager les profils dès que c’est financièrement possible. On a avancé jeudi dernier sur la dotation des 500.000 euros mais pas sur les engagements. Cette situation est humainement difficile pour tout le monde », a tempéré la bourgmestre Muriel Targnion.

Les partis de l’opposition en appellent aux dialogues entre le collège et son président de CPAS. « C’est triste qu’il n’y ait pas de compromis. Les tensions ne sont pas insolubles. Pourquoi ne tenteriez-vous pas une médiation afin d’avancer sur ce qui fait l’unanimité et trancher concernant les points de discorde », a conclu Hajib El Hajjaji, chef de groupe Ecolo

Notre sélection vidéo