Abonnez-vous pour 1€

Conflit israélo-palestinien: la reconnaissance de l’État palestinien reportée à plus tard

Conflit israélo-palestinien: la reconnaissance de l’État palestinien reportée à plus tard
Belga Image

La proposition demande «de reconnaître formellement l’État de Palestine à côté de l’État d’Israël et de considérer cette reconnaissance comme étant une contribution de la Belgique à la solution fondée sur la coexistence de deux États démocratiques et indépendants ayant le droit de vivre en paix et en sécurité avec des frontières mutuellement reconnues, acceptées et respectées».

L’initiative vise entre autres à tracer un cadre d’action pour la Belgique vis-à-vis de l’annexion de la vallée du Jourdain et des colonies israéliennes en Cisjordanie que projette le nouveau gouvernement israélien.

Le 10 juin, la résolution a été approuvée par la commission des Relations extérieures de la Chambre mais n’avait guère de chances de passer la rampe de la séance plénière. Le MR, le CD&V et l’Open Vld ont déposé des amendements visant à revoir le texte sur le point de la reconnaissance. Aux yeux des partis de la coalition gouvernementale, la Belgique ne peut agir seule dans ce dossier.

«Dans l’éventualité d’une annexion partielle ou totale par Israël de territoires palestiniens occupés», il était demandé au gouvernement «de contribuer activement à faire émerger un groupe significatif de partenaires européens avec lesquels coordonner les modalités juridiques et le moment approprié de reconnaître l’État de Palestine comme État et sujet de droit international», dit l’un des amendements.

«Vous nous demandez d’attendre qu’il soit trop tard, que nous soyons mis devant le fait accompli pour faire quelque chose», a regretté Malik Ben Achour (PS) rejoint par Simon Moutquin (Ecolo-Groen) et Georges Dallemagne (cdH).

La Chambre a en revanche adopté jeudi passé en séance plénière une résolution visant quant à elle précisément le risque d’annexion à l’initiative des écologistes. Il est notamment demandé au gouvernement «de jouer un rôle de premier plan aux niveaux européen et multilatéral en vue de l’élaboration d’une liste de contre-mesures efficaces destinées à répondre de manière proportionnelle à toute annexion israélienne du territoire palestinien occupé».

Notre sélection vidéo