Abonnez-vous pour 1€

Cette mère de famille s’est fait virer à cause de ses deux enfants pendant le confinement: «Il disait que ce n’était pas professionnel» (photos)

Photos
Cette mère de famille s’est fait virer à cause de ses deux enfants pendant le confinement: «Il disait que ce n’était pas professionnel» (photos)
Instagram ModernCalimom

Au début du mois de mars, Dris Wallace a commencé à faire du télétravail. Comme de nombreux parents, cette Américaine a dû apprendre à combiner travail et garde ses deux enfants, Dani, 4 ans, et Dylan, 1 an.

Très rapidement, cette nouvelle vie professionnelle s’est avérée compliquée pour la mère de famille. « La pression de mon chef me stressait énormément. Les enfants n’arrêtaient de m’interrompre et le bébé demandait une attention constante », explique Dris dans un article publié sur le site ScaryMommy.com. Au fil des jours, son chef semblait de plus en plus irrité d’entendre les enfants interrompre leurs réunions à distance. « Il m’a dit que pendant les appels avec les clients, il ne voulait pas entendre les enfants en fond. Il n’a pas arrêté de dire que ce n’était pas professionnel d’entendre des enfants pendant les appels et que je devais me débrouiller pour qu’ils restent silencieux ».

La jeune maman a alors tenté d’avancer la sieste de son fils tôt dans l’après-midi, en demandant à son chef d’organiser les appels entre 13 et 16h. Mais ce dernier ne voulait rien entendre et continuait de planifier les réunions pendant l’heure de midi. Cette situation compliquée s’est étendue durant tout le mois de mai, jusqu’à ce que le chef de Dris lui demande de « régler la situation avec ses enfants ». « Est-ce que j’aurais été élue employée du mois si j’avais laissé mon fils de 1 an, pleurer seul dans sa chambre ? Ça me dégoûte », déplore Dris.

Finalement, les employeurs de la maman ont décidé de se « séparer d’elle », sous prétexte qu’ils subissaient « des pertes de revenus dues au Covid-19 ».

« C’était clairement une excuse pour justifier leurs motivations illégales. Et ce n’était même pas vrai parce qu’ils ont continué à embaucher d’autres personnes après que j’ai été renvoyée ». Une injustice particulièrement difficile à accepter pour la jeune femme, qui tient désormais à alerter sur la discrimination envers les mères de famille.

Notre sélection vidéo