Abonnez-vous pour 1€

Jean-Luc Crucke, ministre wallon des Aéroports, veut une union du train et de l’avion: «Là où on a un aéroport fort, on doit avoir un rail fort»

Jean-Luc Crucke, ministre wallon des Aéroports, veut une union du train et de l’avion: «Là où on a un aéroport fort, on doit avoir un rail fort»
Photo News

La crise sanitaire n’a pas impacté de la même manière les deux aéroports wallons.

Liège a été reconnu par l’Organisation mondiale du commerce et ça a amené sur Liège un trafic supplémentaire à concurrence de 10 %. C’est paradoxal : l’économie a pris un coup extrêmement dur mais la mondialisation a fait que cet aéroport a clairement pu sortir tout le potentiel qui est le sien. Sans compter qu’il se situe à un endroit géostratégique. J’ai reçu il n’y a pas longtemps des investisseurs flamands qui voulaient s’installer à Liège parce que c’est « the place to be ».

Quel développement imaginez-vous pour l’avenir des aéroports wallons ?

Participer au développement futur, c’est réinvestir sur base de plusieurs conditions. Il y a la rentabilité économique, la solidarité sur le plan social mais il faut aussi intégrer cela dans la lutte contre le réchauffement climatique. Et c’est en cela que la multimodalité est intéressante. Les camions qui traversent aujourd’hui les villages trouveront à l’avenir leur place dans le rail. Je crois beaucoup à ce couple aérien et rail. Que ce soit pour les marchandises ou les personnes. Là où on a un aéroport fort, on doit avoir un rail fort, un service public du rail fort.

Les grands projets de Jean-Luc Crucke pour les aéroports wallons : retrouvez ICI son interview.

Notre sélection vidéo