Abonnez-vous pour 1€

SC Charleroi, Standard, Mouscron, Anderlecht…: voici pourquoi le mercato belge reste dans sa bulle

Photo News
Photo News

Après plusieurs semaines de confinement, les clubs belges donnent l’impression d’avoir retrouvé une vie «normale». Pourtant, le renouvellement des noyaux se limite principalement aux fins de contrats et de prêts. Même s’il n’ouvre officiellement que le 7 juillet, le mercato estival belge ne décolle pas. Imaginez qu’il a fallu attendre le 12 juin pour le premier transfert payant entre deux clubs belges (Jean Butez de Mouscron à l’Antwerp). Voir Gand sortir plus de 5 millions pour Nurio Fortuna ou Genk dépenser 4 millions pour Cyriel Dessers s’assimile à deux exceptions pour confirmer la règle… Quant aux cibles dites « bankables » (Vanheusden, David, Dennis, Diatta, Yaremchuk, certaines pépites anderlechtoises), elles émargent toujours à la Jupiler Pro League. L’Euro 2020 aurait dû battre son plein. Inévitablement, un grand tournoi « paralyse » souvent le mercato international et focalise souvent les recruteurs sur les joueurs en vue du tournoi avant de redéplacer le curseur sur les divers marchés nationaux. La longue pause du coronavirus et sa litanie de reprises tardives ont eu le même effet.

►► Anderlecht vise plusieurs renforts  : voici les positions sur lesquelles travaillent les Mauves.

►► Pourquoi le Sporting de Charleroi veut garder des «cartouches».

►► La priorité du Standard sera axée sur le côté gauche de la défense : des contacts noués avec Casper Höjer Nielsen.

►► A Mouscron, le mercato sera lié à la reprise par le LOSC.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo