Abonnez-vous pour 1€

Natasha (38) continue d’allaiter ses filles de 3 et 5 ans: «Je suis persuadée que c’est l’allaitement qui a rendu leur système immunitaire si fort»

Natasha (38) continue d’allaiter ses filles de 3 et 5 ans: «Je suis persuadée que c’est l’allaitement qui a rendu leur système immunitaire si fort»
Facebook

Aujourd’hui, l’allaitement est un sujet qui fait débat, surtout quand il s’agit d’allaitement « prolongé ». Natasha Keane, une Irlandaise de 38 ans, n’avait jamais compris comment on pouvait continuer à allaiter son enfant après un an. Aujourd’hui, son avis est totalement différent, puisqu’elle a continué d’allaiter sa fille jusqu’à ses cinq ans.

Quand elle a eu son premier enfant, Stephen, aujourd’hui âgé de 19 ans, Natasha a suivi les conseils de son médecin et a arrêté de l’allaiter après quatre mois, alors qu’elle ne se sentait pas tout à fait prête. La jeune maman en a été malheureuse pendant une semaine, car son fils a eu du mal à s’adapter au biberon. Quand elle a donné naissance à ses deux filles, 15 ans plus tard, elle a décidé de procéder autrement.

Facebook

Natasha a allaité Ellie jusqu’à ses cinq ans. Grace, elle, a quatre ans et boit toujours au sein de sa maman. La mère de famille pense que le fait d’avoir continué à allaiter ses deux filles est la raison pour laquelle elles n’ont jamais eu de problème de santé. « Pour moi, l’allaitement est la chose la plus naturelle au monde. Ellie n’est jamais allée chez le médecin pour un problème de santé et n’a jamais eu besoin d’antibiotiques et Grace n’a été qu’une seule fois pour une infection pulmonaire. Je suis persuadée que c’est l’allaitement qui a rendu leur système immunitaire si fort », explique Natasha au Mirror.

À la naissance de Grace, Natasha a donc continué d’allaiter Ellie. Elles buvaient chacune à un sein. « Je les ai nourries en tandem pendant deux ans. J’étais un peu inquiète au début au niveau pratique, mais on trouve vite son rythme. Comme Ellie était un peu plus âgée à ce moment-là, je lui expliquais qu’ekke devait être patiente et laisser Grace s’accrocher et s’installer en premier. Chaque nuit, elles s’endormaient, une sur chaque sein, se tenant la main », a confié Natasha. Ellie a voulu arrêter de téter juste avant ses cinq ans et Grace continue de téter, une fois le matin et une fois le soir.

« J’essaie de ne pas laisser les commentaires et les regards m’atteindre »

Natasha a avoué qu’elle se sentait parfois mal à l’aise vis-à-vis des commentaires négatifs des gens à ce sujet. « J’essaie de ne pas laisser les commentaires et les regards m’atteindre, mais je me sens mal à l’aise. C’est bien de mettre des femmes en bikini ou en lingerie sur d’énormes panneaux publicitaires, mais ce n’est pas bien de laisser une maman nourrir subtilement son enfant ? Les gens considèrent l’allaitement maternel comme un jeu équitable, une chose sur laquelle tout le monde peut avoir une opinion et critiquer. Je ne le ferai jamais, car c’est le choix de chaque maman, mais je sais que si je dis quelque chose à propos du biberon, ce serait inacceptable », a confié la maman de Grace et Ellie dans les colonnes du Mirror. Selon Natasha, il ne s’agit pas là de moqueries ou de méchanceté, mais simplement d’un « manque d’éducation ».

Le déclic de Natasha est tombé quand elle a aperçu une mère de famille en train de nourrir ses deux enfants de trois ans et 18 mois, chacun à un sein. « J’étais choquée. Je ne comprenais pas comment c’était possible de continuer d’allaiter après un an, et encore moins deux enfants en même temps. Au lieu de juger, j’ai simplement posé des questions », explique Natasha. Après avoir pris ses renseignements, Natasha a découvert que l’allaitement permettait au bébé de recevoir des anticorps précieux permettant de le protéger contre les infections. Elle a même appris que l’OMS affirmait que l’allaitement pouvait se poursuivre jusqu’à deux ans et même au-delà.

Aujourd’hui, le dicton de Natasha est : « N’offrez pas et ne refusez pas ». « Cela signifie que je ne leur offrais pas mon lait de moi-même, mais je ne disais pas non si elles me le demandaient », ajoute la maman de Stephen, Ellie et Grace.

Notre sélection vidéo