Abonnez-vous pour 1€

Décès d’Arabe Wislet, agressé à Mons: le jugement a été reporté au 6 août

Décès d’Arabe Wislet, agressé à Mons: le jugement a été reporté au 6 août
Photos DR/ EG

On n’en est plus à un atermoiement près dans ce maudit dossier vieux de sept ans. Dans l’affaire des coups mortels portés le 28 juin 2014 sur la Grand-place de Mons à Arabe Wislet, le jugement qui était prévu ce mardi a été reporté au 6 août. En cause : il manque des pièces au dossier ! Pièces fournies ce mardi à l’audience par le parquet au président de la chambre à trois juges (dont deux de la jeunesse).

Deux procès pour une seule affaire

Il ne s’agit pas vraiment d’une erreur mais d’un dysfonctionnement de plus dans cette affaire. Rappelons que le dossier a été scindé en deux : d’une part, cinq majeurs (lors des faits) ont été jugés par une chambre à un juge pour coups volontaires ayant entraîné une incapacité (à l’ami d’Arabe Wislet) et non-assistance à personne en danger (Arabe, qui gisait inanimé sur le sol et qui ne s’est jamais réveillé du coma : il est décédé le 4 août).

La loi prévoit qu’il fallait juger séparément Brondon K., qui était mineur lors des faits. Il a répondu le mois dernier de coups mortels à Arabe Wislet, devant une chambre de désaisissement du tribunal de la jeunesse : elle est constituée d’un magistrat de majeurs et de deux juges de la jeunesse. Leur jugement était attendu ce mardi, alors que le dossier des majeurs (qui ont tous écopé de peines assorties de sursis ou de peines de travail) est pendant devant la cour d’appel. Ce qui explique que le dossier est transféré pour étude, devant la cour.

Mais voilà : tout le dossier a été transféré. Et (en dépit de l’ère numérique) les trois juges de première instance chargés de juger le mineur, n’avaient pas entre les mains l’intégralité du dossier papier pour juger Brondon ! Ce mardi, le mal était réparé : les pans du dossier sont revenus en première instance. Manquaient notamment, une partie des p.-v. depuis le jour du drame, le p.-v. de la reconstitution et des résultats d’analyses génétiques. Notamment, le coup de poing américain qui armait la main de celui qui a frappé Pascal (Brondon est donc prévenu de ce fait) n’a pas été retrouvé. On en a bien retrouvé un en perquisition, il a été analysé mais l’ADN ne correspond pas à Brondon. Un élément entre autres, que le tribunal devait posséder.

Condamné aux assises

Ajoutons que Brondon a refusé de se déplacer pour s’entendre dire que son jugement était reporté. Un détail. Bien plus grave : non encore jugé pour la mort d’Arabe, l’homme impuni a commis un vol avec meurtre à Roisin, ce pour quoi il a écopé de 23 ans de réclusion devant les assises.

Le jeune Brondon Kempfer.
Le jeune Brondon Kempfer. - Photo EG

Notre sélection vidéo