Abonnez-vous pour 1€

Nils Van Brantegem, le manager du calendrier de la Pro League, se livre: «Il y aura forcément des mécontents»

Mathieu Golinvaux
Mathieu Golinvaux

Nils, ça a encore dû être plus compliqué que d’habitude de concocter ce calendrier, sans savoir, ces dernières semaines, si on allait jouer à 16 ou à 18 équipes en D1A?

Oui. J’ai forcément dû travailler sur les deux formats. Je ne pouvais pas attendre car, pour élaborer un calendrier, il faut cinq semaines de travail intensif!

Les matches du mois d’août, à huis clos ou avec peu de public, compliquent tout…

Oui. Pour les quatre premiers matches, où chacun jouera deux fois à domicile et deux fois en déplacement, chaque club a pu désigner trois adversaires qu’il ne désire pas rencontrer. Or, dans les trois choix, tout le monde a coché Anderlecht et le FC Bruges (voir en page suivante)! Mais, inévitablement, Bruges et Anderlecht devront bien jouer quelque part! Sans compter que de nombreux clubs ne veulent pas non plus recevoir le Standard durant cette période! Et donc, il y aura forcément des mécontents! Pour le reste, on vise le meilleur équilibre possible sur le plan sportif.

►► Des matches le lundi? « Seulement dans certains cas », explique Nils Van Brantegem.

►► Il a également la responsabilité des licences: «J’assume tout, mais ce n’est pas moi qui décide»

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo