Abonnez-vous pour 1€

Première intervention chahutée à l’Assemblée nationale pour Eric Dupond-Moretti: «Mais ça va pas?»

Première intervention chahutée à l’Assemblée nationale pour Eric Dupond-Moretti: «Mais ça va pas?»
Belga Image

Le garde des Sceaux répondait à une question du député LR Antoine Savignat : « Vous ne deviez jamais occuper ce fauteuil et vous êtes là. Vous ne deviez jamais avaler de couleuvres et avez retiré cette plainte pour votre atteinte inadmissible à votre vie privée et au secret professionnel. Vos actions futures seront-elles en adéquation avec vos déclarations passées ou pas ? », a demandé le député.

Avant de répondre, Eric Dupond-Moretti a été applaudi de façon appuyée, puis le chahut a démarré. « On n’est pas au spectacle et je vais répondre à la question que me pose le député », a-t-il commencé.

« D’abord quand on est avocat pénaliste libre, on n’a pas la même parole que quand on représente l’État », a répondu l’ex-ténor des barreaux. « C’est vrai qu’à un moment j’ai dit que je n’accepterais pas cette tâche, il doit y avoir une dizaine ou une quinzaine d’années », a-t-il poursuivi avant de devoir s’interrompre en raison du chahut. En 2018, il avait affirmé que « jamais » il n’accepterait d’être ministre de la Justice.

Belga Image

« Je vous en prie. C’est déjà compliqué pour moi, c’est une première », a tenté de reprendre le garde des Sceaux, dans le bruit. « Monsieur le député, j’ai un sens aigu du contradictoire et de la parole de l’autre. J’aimerais que vous me laissiez au moins m’exprimer ».

À nouveau chahuté, il s’est tourné vers le président de l’Assemblée Richard Ferrand : « Est-ce qu’on décompte les interruptions ? », a-t-il demandé. Réponse : « On ne décompte pas. On souffre en silence ».

Après avoir été à nouveau interrompu, Eric Dupond-Moretti, visiblement agacé, a lâché : « Mais ça va pas ? » à l’intention des députés turbulents. « L’idée que l’on se fait de la justice transcende les clivages. (…) On peut tous travailler ensemble », a-t-il fini par dire, suscitant des applaudissements.

Lors d’une deuxième question, sur les chantiers de la justice, le ministre a, dans un climat plus apaisé, souligné sa « fierté d’être ici, devant la représentation nationale ». « Je mesure l’ampleur de la tâche et je l’embrasse avec beaucoup d’humilité, cette tâche à venir », a déclaré le garde des Sceaux.

À propos de ses priorités : « il y a d’ores et déjà un certain nombre de pistes : l’enquête préliminaire, sa durée, la présomption d’innocence, les violations du secret de l’enquête », a-t-il dit, avant d’être applaudi.

À nouveau interrogé sur la réforme de la Justice par les sénateurs lors de la séance de questions dans l’après-midi, M. Dupond-Moretti a déclaré envisager de « recevoir très prochainement tous les présidents de groupes ».

Prié de respecter le temps de parole par le président du Sénat Gérard Larcher, le garde des Sceaux a demandé qu’on lui accorde « le bénéfice de l’inexpérience ».

Notre sélection vidéo