Abonnez-vous pour 1€

Pour le ministre bruxellois Alain Maron, l’imposition des quarantaines et des sanctions en cas de non-respect devrait être prise par le fédéral

Pour le ministre bruxellois Alain Maron, l’imposition des quarantaines et des sanctions en cas de non-respect devrait être prise par le fédéral
Belga

« Cette partie de compétence doit être remontée », a expliqué M. Maron jeudi sur les ondes de Bel-RTL. « Quand l’OMS dit que c’est une pandémie mondiale, le fédéral doit plus et mieux coordonner les choses. Ces décisions doivent remonter et pas dépendre de ministres régionaux. Les décisions de mettre en quarantaine, le niveau des amendes, cela n’a aucun sens que ce soit différent d’une Région à l’autre ».

Le gouvernement bruxellois prépare une ordonnance qu’il soumettra sous peu au parlement régional dans le prolongement des mesures décidées mercredi en comité de concertation à propos des retours de vacances. Les personnes revenant de zones rouges devront respecter une « quatorzaine » au risque d’encourir une amende. Un cadre réglementaire existe déjà : il concerne les personnes atteintes de tuberculose, qui doivent aussi se soumettre à une forme d’isolement.

La sanction de non-respect d’une quarantaine vaudra pour toute personne qui doit s’y soumettre, qu’elle soit ou non de retour de vacances. « Il n’y a pas de raison d’être plus sévère avec les personnes qui reviennent de vacances, qui n’ont pas eu de bol et se sont retrouvées dans une zone déclarée rouge quand elles y étaient et les personnes qui se sont retrouvées avec une personne infectée ici en Belgique que l’on a identifiée dans le cadre du suivi des contacts », a fait remarquer le ministre.

Une circulaire envoyée aux maisons de repos

L’organisme public de protection sociale Iriscare a envoyé jeudi une circulaire aux maisons de repos de la Région bruxelloise pour les préparer à une éventuelle deuxième vague de la pandémie de covid-19, a annoncé jeudi le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron, sur les ondes de Bel-RTL.

D’ici le 31 juillet, les maisons de repos devront mettre en place d’un plan d’action succinct. Il leur incombe notamment de constituer une cellule de gestion de crise prête à réagir en cas de rebond de l’épidémie et d’opérationnaliser une série de procédures si la maladie se répandait dans l’établissement. Différents stades sont prévus, qui vont de la détection d’un cas à celle d’un cluster (foyer, si deux cas positifs sont détectés en moins d’une semaine) et de l’aggravation d’un cluster qui mènera à la fermeture de l’établissement aux visiteurs extérieurs.

Les maisons de repos devront prévoir la possibilité d’isoler des malades, éventuellement de les regrouper, constituer un stock adéquat d’équipement et de matériel, etc. Elles seront par ailleurs tenues d’établir une collaboration avec un hôpital de proximité et un laboratoire afin de procéder aux tests. Chaque maison de repos devra également établir un contrat de fourniture d’oxyconcentrateur (concentrateur d’oxygène destiné aux personnes en insuffisance respiratoire) qui permettra la fourniture d’un appareil dans les 4 heures suivant la demande.

La circulaire vise également la formation du personnel. D’ici le 15 septembre, des référents covid-19 seront formés par Iriscare dans chaque maison de repos qui devra quant à elle prévoir un programme de formation à l’attention de tout le personnel.

Iriscare a prévu de son côté de constituer un stock stratégique rotatif de 3 mois ainsi que la mise sur pied d’une centrale d’achat. Un numéro unique pourra être activé en cas de crise et deviendra l’entrée unique des maisons de repos.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo