Abonnez-vous pour 1€

La Pro League, plus que jamais face à ses problèmes: de nombreux dysfonctionnements ont été remis en lumière ces derniers mois!

La Pro League, plus que jamais face à ses problèmes: de nombreux dysfonctionnements ont été remis en lumière ces derniers mois!
Photo News

Il n’est jamais bon de fanfaronner. Dans le football belge bien plus qu’ailleurs. Ses pontes l’ont appris à leurs dépens ce mercredi. Tout sourire tant au terme de l’Assemblée générale de la Pro League mardi que lors de la présentation du calendrier mercredi, ils ont déchanté mercredi soir en prenant connaissance de la décision de la Cour Belge d’Arbitrage du Sport suite au recours de Waasland-Beveren. La CBAS a donné raison au club waeslandien estimant que le vote réalisé le 15 mai – où le titre de Bruges a été validé tout comme la relégation de Waasland – souffrait de vives contestations dans la forme.

De quoi contraindre les membres du conseil d’administration à se réunir en urgence ce jeudi et a convoqué une nouvelle assemblée générale. Un énième épisode d’un vaudeville dont ses acteurs se seraient bien passés à peine sorti des méandres du « Footbelgate ». Jouera-t-on à 16, 18 ou 20 en D1A la saison prochaine ? Nul n’ose encore se prononcer au sein d’un landerneau qui montre un peu plus à chaque crise ses dysfonctionnements dans un organisme où tout le monde essaie de tirer son épingle du jeu. « Chacun défend son propre intérêt et non celui du football belge », confirme Ludwig Sneyers, directeur général de la Pro League entre 2007 et 2016. Et ce n’est pas l’unique point qui fâche…

►► Pro League : du lobbying à tous les étages et des doubles casquettes.

►► Voici pourquoi les trois sous-groupes ne sont plus en phase avec la réalité.

►► L’avis de Jean-Marie Philips, ex-président de la Pro League  : « On va vers un football des juges »

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo