Abonnez-vous pour 1€

Les méduses plus nombreuses que jamais dans les eaux de la mer du Nord: «Il ne faut surtout pas appliquer une eau douce ou de l’urine sur sa piqûre»

Les méduses plus nombreuses que jamais dans les eaux de la mer du Nord: «Il ne faut surtout pas appliquer une eau douce ou de l’urine sur sa piqûre»
Isopix

Comme l’expliquent nos confrères de La Voix du Nord, nombreux sont les vacanciers qui font la rencontre de méduses pendant les baignades estivales dans les eaux de la mer du Nord ou de la Manche. L’animal gélatineux est particulièrement connu pour ses piqûres donnant une sensation de décharge électrique.

Et elles sont en constante prolifération depuis maintenant 10 ans. Les raisons ? « Le réchauffement climatique augmente la température de l’eau, la rendant idéale. La surpêche et la pollution réduisent le nombre de concurrents, elles trouvent donc de la nourriture en abondance à leur naissance au printemps et arrivent à la forme adulte en été », explique Dominique Mallevoy, aquariologiste à Nausicaá, à nos confrères.

Pourquoi sont-elles particulièrement présentes sur les lieux de baignade ? Ces créatures sont portées par les grands courants vers les côtes. De plus, le plancton, principale nourriture de l’animal, se trouve plus aisément sur le littoral.

Y en a-t-il plus dans la région qu’ailleurs ? Pas particulièrement : portées par le courant, elles n’abondent pas plus dans une région qu’une autre. « Ces grands courants sont aussi la raison pour laquelle nous les trouvons parfois échouées sur le sable. Il ne faut surtout pas y toucher ! À moins qu’elle ne soit complètement desséchée, les tentacules peuvent encore piquer. » met en garde le spécialiste.

Trois espèces

Dans les eaux de la mer du Nord, trois espèces sont le plus fréquemment identifiables. « l’Aurelia Aurita (la méduse Aurélie ou méduse bleue), la Rhizostoma pulmo (méduse chou-fleur) et la Chrysaora hysoscella (méduse boussole). La dernière pique un peu plus fort que les autres mais par chance, elles sont extrêmement peu urticantes. » rassure l’aquariologiste.

Que faire en cas de piqûre ? « Il ne faut surtout pas appliquer une eau douce ou de l’urine sur sa piqûre », explique l’aquariologiste.

En effet, la rencontre entre les deux substances peut se révéler littéralement explosive. Les cellules venimeuses, plantées sous la peau par de petits harpons, sont habituées à l’eau salée. Elles éclatent alors au contact de l’eau douce ou de l’urine (qui est une substance plutôt douce). C’est ce qu’on appelle un choc osmotique.

Si une méchante méduse vous pique, l’aquariologiste conseille d’abord de « rincer à l’eau de mer et de racler les petites cellules avec du sable. Ensuite, vous pouvez nettoyer la piqûre à l’eau (douce) très chaude »

Notre sélection vidéo