Abonnez-vous pour 1€

Le but d’Avenatti n’a pas suffi au Standard face à Nice (1-2)

Le but d’Avenatti n’a pas suffi au Standard face à Nice (1-2)
Photo News

De retour dans un stade de Sclessin où il n’avait plus disputé la moindre rencontre depuis le 7 mars (0-0 contre Saint-Trond), le Standard, dans un système en 4-3-3, avec Vojvoda dans l’axe central défensif (Vanheusden, suspendu lors des trois premières journées de championnat, est resté sur le banc, ou plutôt en tribune, pendant 75 minutes) et un trio de relayeurs en milieu de terrain avec Shamir placé aux côtés de Cimirot et Bastien, n’a pu éviter la défaite samedi face à une équipe de Nice terriblement efficace. « C’est l’adversaire qui était le plus prêt, après avoir affronté le Celtic, les Rangers et Saint-Etienne », indique Philippe Montanier. « C’est aussi une équipe de qualité, qui nourrit beaucoup d’ambitions et que la victoire du PSG en Coupe de France a envoyé en Europa League. C’était donc une bonne séance de travail ».

Parfaitement isolé par Fai, c’est Felipe Avenatti, déjà double buteur mercredi face à Monaco, qui avait ouvert le score peu après la demi-heure de jeu, sur un bel envoi croisé et sur sa seule vraie possibilité de la partie. Un avantage de courte durée pour la formation liégeoise puisque Rasmussen, quatre minutes plus tard, profitait d’un coup de réparation accordé pour une intervention fautive de Gavory sur Atal pour ramener les deux équipes à égalité, alors que jusque-là, Arnaud Bodart n’avait eu qu’à repousser des poings une frappe du même Rasmussen. Côté liégeois, c’est Amallah qui s’était montré le plus menaçant, avec un envoi repoussé par Benitez en tout début de partie et une tentative à nouveau annihilée par le gardien argentin de l’OGC Nice avant le repos.

Le Standard allait connaître, en deuxième mi-temps, le pire scénario possible, en concédant d’entrée de jeu un deuxième but à l’équipe française entrainée ^pour la troisième saison déjà par Patrick Viera, inscrit par Kamara d’un envoi croisé puissant. Un but auquel les Rouches, bien moins saignants qu’avant le repos, n’allaient jamais pouvoir répliquer, malgré une grosse possibilité pour Boljevic à la dernière seconde. Même pas la deuxième équipe, pourtant plus fraîche, qui termina le match, puisque Philippe Montanier effectua dix changements (tout le monde sauf Bodart) à l’approche du dernier quart d’heure de jeu. « Il reste quelques points à améliorer, comme le pressing, qui doit être plus consistant par moments, et l’efficacité devant le but adverse. On a eu pas mal de situations offensives, mais on doit apprendre à être un peu plus juste… »

Après un stage organisé au centre d’entraînement, de lundi après-midi à vendredi matin, le Standard s’offrira samedi prochain (18 heures) une ultime répétition générale, à Sclessin face au Stade de Reims, avant la reprise (normalement) du championnat.

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo