Abonnez-vous pour 1€

Ariël Jacobs sceptique quant au noyau d’Anderlecht: «Il y a trois attaquants, mais ce sont trois points d’interrogation»

Pour Ariel Jacobs, la direction du Sporting devrait être plus claire tant avec Dimata qu’avec Trebel.
Pour Ariel Jacobs, la direction du Sporting devrait être plus claire tant avec Dimata qu’avec Trebel. - Photo News

Huitième au terme de l’une des pires saisons de son histoire, où en est exactement Anderlecht quatre mois plus tard ? Les Mauves sont-ils réellement repartis sur de nouvelles bases ? Ils ont séduit par moments à Saint-Etienne avant de rassurer défensivement samedi dernier contre Nantes.

Offensivement, toutefois, la stérilité, l’approche stéréotypée et le manque de justesse en zone de conclusion furent encore trop souvent au rendez-vous. Que manque-t-il aux Bruxellois pour recouvrer leur statut de cadors de la Pro League ? Tentatives de réponse et regard critique avec Ariël Jacobs (66 ans), coach de l’année (2010), double champion (2010 et 2012) et vainqueur de la Coupe (2008) avec le RSCA.

►►► L’ancien entraîneur des Mauves évoque le déséquilibre et les paradoxes du club

►►► L’évolution des jeunes à Anderlecht? «Chapeau pour le travail réalisé»

►►► Le système de Vincent Kompany «beaucoup trop peu dangereux dans le dernier tiers du terrain»

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo