Ces entreprises ont rebondi en pleine crise du coronavirus

Ces entreprises ont rebondi en pleine crise du coronavirus
Advertisement

1. Spentys saute des attelles 3D aux visières

Un bel exemple de résilience. Cette jeune société bruxelloise a adapté ses activités en pleine crise du coronavirus. « Spentys utilisait l’impression 3D pour fabriquer des attelles, des plâtres et des prothèses sur mesure », raconte Nathalie Cogghe, Head of Community Management chez BNP Paribas Fortis. « Mais avec le Covid-19, leurs clients orthopédistes étaient au ralenti. Spentys a alors compris que les besoins étaient ailleurs et ils ont fait le pari de réorienter leur ligne de production vers des pièces de rechange pour respirateurs et des composants de visières de protection. » La start-up, fondée en 2018 par deux étudiants-entrepreneurs, a aussi mis au point un ustensile en forme de crochet pour ouvrir les portes sans toucher les poignées…

2. L’assistant intelligent de Bingli passe au dépistage

Voilà un autre acteur du domaine médical qui s’est réinventé pendant la crise. À l’origine, Bingli est une application qui simplifie la vie des médecins en préparant la visite des patients. « Ils répondent à un questionnaire intelligent avant la consultation et les informations sont traitées par des algorithmes. Cela facilite grandement le travail du médecin », détaille Nathalie Cogghe. « Le coronavirus a très vite posé un problème : comment dépister efficacement ? Les deux fondateurs se sont saisis de la question en profitant de leur expertise pour lancer une plateforme “Covid-19”. Avec pour objectif de “trier” rapidement les patients contaminés et lutter contre l’engorgement des hôpitaux. »

3. CareCoach ? Un doc à distance plus efficace

C’est l’installation du cabinet médical de l'épouse de Johan Uvin qui l'a amené, lui et son partenaire Jonas Delagrange, tous deux experts en informatique, à combiner les deux domaines. La société CareCoach était née pour digitaliser la pratique des médecins… « Le coronavirus a démontré une chose, indique Nathalie Cogghe, une bonne partie du boulot peut se faire à distance… Mais tous les professionnels n’étaient pas prêts pour le numérique! » CareCoach s’est alors adapté pour réagir encore plus rapidement aux besoins de ses clients : consultation à distance et installation de nouveaux postes de garde Covid-19. « Comme les autres, Carecoach a réussi à réagir en très peu de temps. »

Bien plus que de l’argent… un partenariat !

L’initiative de Spentys ne s’est pas faite sans l’investissement dans une nouvelle batterie d’imprimantes 3D. « La banque a logiquement soutenu la démarche, puisque nous les accompagnons depuis le début. Pas que financièrement, d’ailleurs ! La banque a aussi commandé des visières pour ses clients, mais aussi, par exemple, pour soutenir les stagiaires dentistes qui commencent leur stage », explique Nathalie Cogghe. Un partenariat win-win semblable pour les deux autres entreprises : « La banque joue également un rôle pour créer des liens et, à travers les services de Bingli et Carecoach, aider nos clients “med” à se réinventer dans un monde digital. »

Quand le genièvre fait place à l’alcool désinfectant

Trois histoires inspirantes et deux enseignements majeurs : être à l’écoute du marché et agir vite. « Customer obsessed, c’est le terme ! », conclut Nathalie Cogghe. « Bien entendu, c’est moins évident dans les secteurs plus “traditionnels”, mais l’exemple de la distillerie Rubbens — où le genièvre a fait place à l’alcool désinfectant — prouve que tout est possible. Cela nous rend optimistes quant à la résilience et à la flexibilité de nos entrepreneurs belges et à la façon dont ils se réinventent à l’époque de covid-19. Comme disait Winston Churchill : “Never waste a good crisis !”»

#positivebanking