Abonnez-vous à -50%

Irritabilité, stress et fatigue

Le parent en burn-out devient très irritable, stressé et tout le temps fatigué. Il peut en arriver à se défouler sur son conjoint, fuir ses enfants, se réfugier dans l’alcool ou d’autres dépendances mais surtout, devenir négligent voire violent avec son ou ses enfants. Toutes sortes de comportements qu’il n’avait pas auparavant et qui doivent alerter l’entourage. Certains parents en viennent même à regretter l’existence de leur progéniture.

Sentiment de solitude

Notons que la plupart des parents qui vivent un épuisement pensent qu’ils sont seuls à vivre cette situation, que leurs sentiments sont propres à eux et donc que c’est de leur faute. C’est pour cela qu’on ne connaît pas encore bien ce syndrome car il est caché par ceux qui en sont atteints. « La première des choses à faire pour prévenir ou se remettre d’un épuisement est de pouvoir sortir de l’isolement. Les parents en souffrance doivent prendre conscience qu’ils sont nombreux à vivre les mêmes difficultés. Ils doivent pouvoir en parler autour d’eux sans culpabiliser ni se sentir jugés. Pour cela, c’est la population entière qui doit être sensibilisée », note Géraldine Duck, psychologue de formation, animatrice au lieu de rencontre enfant-parent de Latitude Jeunes, réseau Solidaris.

Ensuite, c’est la responsabilité du parent de demander de l’aide avant que la situation ne s’aggrave. Il existe de nombreux services qui peuvent prêter une écoute attentive ou orienter le parent. De plus en plus de thérapeutes proposent du « soutien à la parentalité » et des thérapies familiales.

Faire garder les enfants

Au sein du réseau Solidaris de Liège, il y a le planning familial qui peut proposer un suivi thérapeutique adapté, le lieu de rencontre enfant-parent qui peut aider à sortir la famille de l’isolement, les écoles de devoirs qui accompagnent et soulagent les familles… Un service babysitting sera bientôt mis en place également : faire garder les enfants et prendre du temps pour soi est indispensable pour anticiper ou sortir d’un épuisement parental.

« Pour maintenir ou reconstruire une relation harmonieuse et respectueuse avec ses enfants, il faut trouver un style éducatif bienveillant envers tout le monde (parents compris). Le plus important, selon moi, est de se créer une ligne de conduite, un fil conducteur dans les règles qu’on veut instaurer dans son foyer et de maintenir le cap. Dans le cas d’un parent épuise, je pense qu’il ne faut pas avoir peur de parler et d’expliquer ses difficultés, avec des mots simples et brefs, a l’enfant. Celui-ci a besoin des mots qui expliquent ce qu’il observe et ressent, en l’occurrence son parent en souffrance. Enfin, et surtout, j’invite les parents à lâcher prise quant aux mille et une recommandations qu’ils reçoivent sur la parentalité. Mon mot d’ordre en tant que maman est de m’écouter avant tout et d’accepter de faire des erreurs. Mieux vaut une maison en désordre dans un climat familial serein qu’une maison ordonnée dans un climat conflictuel », conclut Géraldine Duck.

Notre sélection vidéo