Abonnez-vous pour 1€

Le 61e Royal Festival de Spa: la culture en plein air pour une édition spéciale

Le 61e Royal Festival de Spa: la culture en plein air pour une édition spéciale

Aussi, c’est sur une scène et des gradins installés en extérieur, dans le Parc de Sept Heures, avec une possibilité de repli au sec en cas de pluie, qu’une bonne moitié des spectacles programmés trouvera place cette année, tandis que d’autres programmations auront pour théâtre trois autres lieux dans les rues et parcs de Spa.

Pour les représentations en extérieur, la direction du Festival avait tablé sur une affluence maximale de 180 à 200 personnes, ce qui reste possible même après les décisions du dernier Conseil National de Sécurité. Certains de ces spectacles en plein air affichent d’ailleurs déjà complet. Et si la météo vient à jouer les trouble-fête, des représentations pourraient être reportées en attendant un ciel plus clément.

Pour les représentations en intérieur, s’il faut limiter le nombre de spectateurs par rapport aux premières prévisions, des séances supplémentaires seront ajoutées afin d’accueillir tout le public qui a déjà réservé.

On finirait presque par en oublier de parler de la programmation ! A l’affiche de cette édition spéciale, il y aura une quinzaine de spectacles, trois lectures, une exposition, des stages…

Au hasard, notons quelques temps forts : « Rage dedans » de et avec Jean-Luc Piraux qui poursuit son exploration tragicomique de nos existences avec l’histoire d’un homme qui cherche à comprendre sa femme qui cherche à le comprendre ; « La montagne » de la Compagnie les vrais Majors, qui nous invite dans les coulisses d’une création théâtrale, adaptation d’un film allemand des années 30, allant de l’aventure épique d’un alpiniste à la réalité crue d’un comédien qui a oublié son texte et… son pantalon ! On encore « La Promesse de l’aube » de Romain Garry où l’auteur revisite son passé non comme il l’a vécu mais comme il le voit rétrospectivement (mise en scène Itsik Elbaz, avec Michel Kacenelenbogen).

Soucieux de s’ouvrir davantage à tous les arts de la scène depuis que le Festival Royal de Théâtre de Spa a cédé la place, voilà deux ans, au désormais Royal Festival de Spa, sous la houlette de son nouveau Directeur, Axel De Booseré, le Festival propose encore cette année « Andropause », le dernier one man show de Bruno Coppens, qui parle de la vieillesse, de sa famille et d’andropause avec drôlerie, « Le crépuscule des Richards », un walking thérapie où quatre frères se réunissent et convoquent leurs amis pour un adieu vibrant à leur frère Thierry, disparu, dans un voyage sonore immersif ; ou encore « Boys Boys Boys », une création collective mise en scène par Lorent Wanson, d’après Nicole Malinconi, où la danse prend souvent le dessus sur la narration des interrogations de garçons qui supportent mal les idées préconçues sur le soi-disant sexe fort.

Pour plus d’informations et pour les réservations, un site internet : www.royalfestivaldespa.be