Seat a 70 ans : une marque devenue incontournable

Seat a 70 ans : une marque devenue incontournable

C'est bien il y a 70 ans déjà que la toujours jeune marque Seat voit le jour. Elle nait de la volonté du gouvernement espagnol, qui veut à la fois se doter d'une industrie capable de mettre la population au travail, tout en lui donnant accès à la mobilité. Comme dans beaucoup de pays durant ces années-là, on a besoin de quelque chose pour sortir du marasme d'après-guerre, et c'est particulièrement vrai dans le cas de l’Espagne, que le régime de Franco place dans un relatif isolement international. Or, alors qu'aujourd'hui l'automobile semble être aux yeux de certains la cause de tous les maux, elle est à l'époque une industrie pour ainsi dire salvatrice.

Un coup de main… de la Botte

Bien sûr, l'Espagne ne peut pas mettre seule sur pied une industrie automobile de grande ampleur. Elle a besoin d'un partenaire, et le trouve de l'autre côté de la Méditerranée. Déjà un grand pôle automobile, l'Italie accueille à bras ouverts ce marché où elle pourra écouler ses produits de façon détournée, et ainsi mieux se redresser elle-aussi. C'est donc Fiat qui va parrainer la naissance de Seat, en lui permettant de construire ses modèles sous licence, voire de les modifier légèrement et d'y apposer le badge espagnol. Les bases sont jetées !

La première Seat sort en 1953 d'une usine flambant neuve bâtie dans la zone franche de Barcelone. Il s'agit d'une familiale 4 portes nommée 1400, précisément comme sa presque jumelle Fiat. Mais le vrai essor de Seat viendra avec un autre modèle, aujourd'hui plus adulé en Espagne que ne l'est son pendant Fiat en Italie. Cette petite révolution arrive en 1957 : c'est la Seat 600, copie évidemment presque conforme de la Fiat 600, lancée deux ans plutôt. Et alors qu'en Italie la 600 va être pratiquement effacée par la 500, lancée elle aussi en 1957, elle aura sa revanche en Espagne, où elle devient une véritable star du marché. Simple et abordable, la Seat 600 permet à bien des Espagnols de s'offrir une voiture, et le sentiment de liberté qui va avec. Sortie de production en 1973, la 600 sera construite à plus de 800.000 exemplaires.

D'un partenaire à l'autre

À la fin des années 70, le gouvernement espagnol veut céder ses parts de Seat, et Fiat est évidemment bien placée pour totalement absorber la marque espagnole. Mais en découvrant que la marque avait des dettes "cachées", Fiat retire ses billes et Seat est livrée à elle-même. Pendant 2 ans, rien de nouveau ne sort et les ventes périclitent. Puis, en 1982, arrive un nouveau partenaire. Le groupe VW entre au capital de la marque et utilise les usines espagnoles pour produire localement des VW et des Audi. Puis le gouvernement espagnol se décide à injecter des fonds dans Seat, qui peut à nouveau développer de nouveaux modèles. Mais le premier best-seller international, celui qui fera vraiment connaître Seat dans toute l'Europe, est lancé en 1984 : l'Ibiza ! Un dessin signé Giugiaro, un moteur mis au point par Porsche, des tarifs compétitifs… l'Ibiza a tout pour plaire et de fait, elle plait !

La reprise totale par VW au début des années 90, et donc les nouveaux modèles basés sur la technologie allemande, ne fera ensuite que renforcer la position de la marque espagnole.

Le sport

C'est très tôt mais assez timidement que Seat a tâté de la voiture sportive. Seat se lance vraiment dans le sport, et même dans la compétition, avec la berline 124. Cette voiture performante et très bien conçue était en effet extrêmement populaire auprès des pilotes de rallye. Le constructeur se dote de son propre département compétition au début des années 70 mais pour de réelles déclinaisons sportives grand public, il faudra attendre l'ère VW.

L'Ibiza 1 avait déjà connu une version SXI 100ch, et les choses sérieuses commencent avec l'Ibiza 2 lancée en 1993. Elle, elle aura droit à une version GTI digne de ce nom, et même deux, l'une de 115, l'autre de 130 chevaux. C'est sur base de cette Ibiza GTI que Seat développe en 1996 son propre label sportif. La voiture tire 150 chevaux d'un moteur 2 litres et, ayant été créée pour l'homologation de l'Ibiza en compétition Kit Car, elle reçoit un nom qui est la contraction de Cup Racing. Cupra est né ! Look méchant, réglages plus "radicaux" et prix ultra compétitifs par rapport aux rivales, l'Ibiza Cupra enchante les amateurs de petites bombes. Outre l'Ibiza, la Leon aura elle aussi droit à ses versions Cupra, rendant le label encore plus célèbre. À tel point que depuis 2018, Cupra est une marque sportive à part entière.

En 70 ans, Seat a donc parcouru un chemin que la plupart de ses rivales ont mis plus d'un siècle à parcourir. Ca méritait bien quelques mots, et un "Compleaño Feliz" !

Notre sélection vidéo