Abonnez-vous pour 1€

Dinant et Houyet imposent une mise à l’eau maximale de 60 kayaks par demi-heure pour réguler les flux de promeneurs sur les cours d’eau

Vincent Lorent
Vincent Lorent

Avec cette décision, les bourgmestres espèrent favoriser les écarts entre les groupes afin de réguler les flux de personnes et empêcher les rassemblements, alors que la Belgique fait face à un rebond de l’épidémie de Covid-19.

«La société ’Dinant Evasion’ avait elle-même pris des mesures au début du déconfinement. Elle contraignait de mettre à l’eau un maximum de 120 embarcations par heure. Mais cela n’était plus respecté, surtout ces derniers jours», détaille le bourgmestre de Dinant Axel Tixhon. «Avec 120 kayaks en une heure, on peut en lâcher 120 sur un quart d’heure... Avec 60 par demi-heure, cela devrait favoriser les écarts entre les groupes», poursuit-il. «Les policiers pourront également contrôler plus facilement si cette mesure est respectée ou non.»

La descente de la Lesse en kayak est par ailleurs interdite depuis ce vendredi en raison de la sécheresse. L’activité pourra reprendre une fois que le débit de l’eau aura atteint le seuil minimum de 1,5 mètre cube par seconde. Il est actuellement de 1,3 m³/sec.

Notre sélection vidéo