Abonnez-vous pour 1€

Philippe Gilbert avant les Strade Bianche: «La clef, ce sera le ravitaillement»

@News
@News

Le meilleur coureur de classiques en activité n’a curieusement pas souvent sollicité son organisme sur les « routes blanches » : trois participations seulement, mais une mémorable victoire en 2011. Comme Cancellara et Sagan, Gilbert appartient au cercle fermé du prestigieux doublé Strade Bianche-Paris-Roubaix, sans doute les deux courses les plus folles du calendrier cycliste.

Avec votre expérience, Philippe Gilbert, comment jugez-vous votre forme ?

Comme celle des autres, très bonne ! Tout le monde est prêt, affûté, le contraire serait inquiétant car nous avons eu le temps de décompresser, de repartir sur de bonnes bases et de s’entraîner dans des conditions estivales. C’est beaucoup plus motivant de partir le matin sous le soleil que l’hiver dans la pluie et le froid. Donc, je suis prêt. Je sors d’un bon entraînement avec l’équipe dans les Vosges. Cela faisait plaisir de revoir les autres, les membres du staff et son vélo de compétition !

> La chaleur, les favoris, le tracé… Il n’élude aucun sujet !

> « Je pense que d’ici la fin de la saison, le niveau de chaque épreuve sera très haut ».

> « Aux Strade, il n’y aura pas de place pour l’improvisation».

Notre sélection vidéo