Abonnez-vous pour 1€

La communication du bourgmestre de Floreffe choque ses concitoyens: il reprend une fake news concernant le port du masque puis se défend

Vidéo
Facebook
Facebook

Albert Mabille, bourgmestre de Floreffe, fait un point sur la situation épidémique de sa commune. Peu touchée par le rebond de coronavirus, Floreffe est loin, en effet, de présenter de hauts taux de contaminations. Cela permet au bourgmestre de rassurer ses concitoyens.

Mais là où on peut se poser des questions sur la pertinence de son propos, c’est lorsqu’il parle du port du masque. Plusieurs de ses administrés se sont logiquement étonné de tels propos et nous ont alertés.

« S’il peut procurer une certaine sécurité, le port du masque a des désagréments. On respire sa propre transpiration. Cela a un effet négatif sur la santé puisqu’on respire son propre CO2 », dit-il, reprenant un des éléments d’une fake news répandue sur les réseaux sociaux concernant les masques.

« Un masque n’est pas un circuit fermé. Presque tout l’air expiré s’échappe du masque donc vous ne respirez pas votre propre CO2 », expliquait ainsi Shane Shapera, directeur du programme des maladies pulmonaires de l’hôpital public de Toronto (Canada), à l’AFP. De plus, une petite accumulation de CO2 ne provoquerait pas de problèmes de santé, d’après le professeur Vinita Dubey, médecin hygiéniste à l’agence de santé publique de Toronto au Canada.

Est-ce que le masque diminue l’apport en oxygène ? Faux aussi selon Yves Coppieters, médecin épidémiologiste et professeur de santé publique à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), qui avait été interrogé sur la question il y a quelques jours par nos confrères de L’Avenir. « C’est un fantasme. Le masque peut éventuellement diminuer légèrement l’apport en oxygène et gêner la respiration d’une personne avec des problèmes cardiaques ou respiratoires ou en cas de grand effort physique comme un jogging », expliquait-il. « Il peut aussi y avoir une sensation d’inconfort qui provoque une impression d’étouffer, mais c’est psychologique. Dans le cas d’une personne en bonne santé, il n’empêche pas du tout d’effectuer des activités quotidiennes normalement. »

« Une récente étude a été faite sur les masques les plus étanches, les FFP2. On faisait faire à des gens de l’exercice d’intensité moyenne à soutenue pendant plus d’une heure. Les chercheurs ont mesuré les niveaux d’oxygène et de CO2 dans le sang et il n’y avait eu aucune modification », indiquait Pierre Parneix, médecin hygiéniste au CHU de Bordeaux, à France Inter. « Certes, on peut accumuler un peu plus de dioxyde de carbone à l’intérieur du masque qu’à l’extérieur, pour autant, il n’est pas démontré que cela entraînerait une hypercapnie (une augmentation du volume de CO2 dans le sang, NDLR) – chez les individus masqués ».

Le bourgmestre réagit

Le bourgmestre, face au tollé provoqué par ses propos, a voulu expliquer ce qu’il aurait vraiment voulu dire. Selon lui, il ne parlait pas de respirer sa « propre transpiration » mais bien sa propre respiration. Il a aussi affirmé ne pas être contre le port du masque, dans les commentaires de sa publication polémique. « Port du masque oui. C’est une protection pour les autres et pour soi-même. C’est la raison pour laquelle la laquelle la Commune de Floreffe a distribué des masques durant le mois de mai. Par contre, mettre un masque lorsqu’on prend l’air en se promenant dans la nature, cela ne se justifie pas. Lorsqu’on est seul ou qu’il est possible de garder des distances avec les personnes que l’on rencontre, cela ne se justifie pas dans l’état actuel de la présence du virus dans notre commune ».

Albert Mabille recommandait aussi dans sa vie d’augmenter au maximum son immunité en mangeant des fruits et légumes. Ce qui, certes, n’est pas un mauvais conseil mais qui semble plutôt dérisoire face à l’actuelle pandémie de Covid-19.

Notre sélection vidéo