Abonnez-vous pour 1€

Le ministre des Indépendants et des PME Denis Ducarme avertit: «On craint un véritable cataclysme, certains secteurs risquent 30% de faillites!»

«
Il ne faut pas mentir aux gens
: il y aura des milliers de faillites
!»
« Il ne faut pas mentir aux gens : il y aura des milliers de faillites !» - Elio Germani

Vous venez de réussir à prolonger, encore une fois, le droit passerelle. Cela suffira pour aider les indépendants ?

Bien sûr que non. Les indépendants ont un problème de cash, de trésorerie. On a pris des décisions en matière de dispenses (35.488 indépendants ont introduit une demande), de reports (174.515 indépendants en ont demandé un) ou de réductions de cotisations. Mais s’il n’y a pas d’initiatives complémentaires, au niveau de mes amis régionaux, par exemple, cela n’ira pas. Certaines villes ont prévu des allocations pour les commerçants, d’autres pas encore. Je vois qu’à Bruxelles, la Région a prévu un fonds d’aide pour les loyers des salariés, mais pas des indépendants. Or les loyers, c’est une partie des charges fixes très importantes dans certains cas. C’est l’union du fédéral, des Régions et des villes et communes qui permettra au plus grand nombre de traverser au mieux cette crise.

Cela n’évitera pas un nombre sans doute énorme de faillites ?

Malheureusement non, on craint un véritable cataclysme, jusqu’à 30 % de faillites dans certains secteurs. J’ai d’ailleurs demandé au groupe MR à la Chambre de faire voter au plus vite un texte pour faciliter le processus de réorganisation judiciaire. On peut aussi sauver des entreprises et des emplois de la sorte…

► L’aide des banques, la formation d’un gouvernement, ses craintes pour les agriculteurs, son soutien aux indépendants,... Le ministre se confie en vidéo.

► Découvrez l’intégralité de notre entretien avec Denis Ducarme.

Notre sélection vidéo