Abonnez-vous pour 1€

Rebond du coronavirus et deuxième vague en Belgique: «Ce n’est qu’une question de temps avant que cela n’éclate à nouveau», affirme Steven Van Gucht

Rebond du coronavirus et deuxième vague en Belgique: «Ce n’est qu’une question de temps avant que cela n’éclate à nouveau», affirme Steven Van Gucht

Ses vacances : « Cela m’a fait beaucoup de bien mais c’était difficile de laisser une telle situation derrière moi. J’avais choisi cette période pour partir car je pensais qu’elle resterait calme. Partir en août, à l’inverse, me semblait trop risqué. Et regardez, juste avant mon départ, les chiffres ont recommencé à augmenter. Le moment pouvait donc être mieux choisi. »

Sur la deuxième vague :« Je ne suis pas déçu du comportement des Belges. Je pense que c’est compréhensible. C’est la première fois que nous faisons face à une telle expérience. Les chiffres allaient dans la bonne direction et ce sentiment prenait de l’ampleur. Cette bulle variable de quinze a bien sûr permis beaucoup de choses, en fait il n’y avait presque plus d’obstacle. C’était une expérience qui a montré qu’elle donnait encore trop de liberté au virus. L’équilibre n’était pas au bon endroit, il n’y avait pas assez de freinage ».

Pas de bulle sociale élargie lorsque les chiffres seront meilleurs ?« Nous n’allons pas prendre exactement les mêmes mesures qu’auparavant. Ensuite, ce n’est qu’une question de temps avant que cela n’éclate à nouveau. N’oubliez pas que d’ici la fin du mois d’août, nous devrons faire face à de nouveaux facteurs : les gens reviendront de toutes sortes de voyages, ils reprendront leur travail, les écoles rouvriront, les transports publics seront plus remplis, le temps pourrait ne pas être aussi bon… Il n’est pas plus facile de garder ses distances et de rester à l’extérieur »

Les chiffres :« Ils sont toujours acceptables mais ils montent, mais si nous n’avons pas encore de gros problèmes. C’est pourquoi beaucoup de gens réagissent de manière critique : pourquoi être strict quand il y a encore tant de lits vides à l’hôpital ? Mais nous ne pouvons pas attendre qu’ils soient à nouveau pleins, nous devons intervenir à ce point critique et garder une longueur d’avance sur le virus. Nous devons agir tôt pour contrôler autant que possible, et non pas quand il est trop tard. »

Notre sélection vidéo