Abonnez-vous pour 1€

Une maman de 57 ans se lie d’amitié avec l’assassin de son fils: «Pendant un moment, j’ai pensé qu’en l’aidant, je trahissais mon fils…»

Une maman de 57 ans se lie d’amitié avec l’assassin de son fils: «Pendant un moment, j’ai pensé qu’en l’aidant, je trahissais mon fils…»
Facebook / Notts Police

James Hodgkinson, 28 ans, rentrait d’un match de cricket avec son père, il y a 9 ans, lorsqu’il a été la victime d’une bande de voyous appartenant à un gang. Ces jeunes hommes les ont pris à partie et Jacob Dunne, 19 ans, a frappé James à la tête. Cet infirmier s’est effondré et la chute contre le sol a causé des lésions cérébrales terribles, causant sa mort neuf jours plus tard à l’hôpital.

Pour cet homicide involontaire, Jacob a écopé de 30 mois de prison, mais n’en a purgé que 14. A sa sortie de prison en 2012, Joan Scourfield, la maman de James, a tenu à rencontrer l’assassin de son fils afin de comprendre les raisons qui l’ont poussé à agir de la sorte.

Sentiment d’injustice

Elle raconte au DailyMail : « Cela m’a pris beaucoup de temps. Au début, j’étais amère et en colère, surtout contre le système judiciaire. Jacob n’avait été incarcéré que pendant 14 mois de sa peine de 30 mois. Je pensais que la vie de James valait plus que cela. Quel effet dissuasif cela avait-il sur les autres gangs ? »

« Quand j’ai vu Jacob pour la première fois sur une photo de police, il ressemblait à un voyou. Mais, deux ans et demi plus tard, je l’ai rencontré et il m’a semblé être un jeune homme très vulnérable qui avait vraiment besoin de mon soutien. Je voulais qu’il fasse quelque chose de constructif de sa vie, pour l’empêcher de revenir à ses anciennes habitudes. Pendant un moment, j’ai pensé qu’en l’aidant, je trahissais James, mais ce n’était pas le cas. James me manque et je l’aime toujours autant. Je ne pouvais tout simplement plus supporter ce ressentiment et, quand j’ai pardonné à Jacob, j’ai eu l’impression de me libérer », poursuit-elle.

Une nouvelle vie

Désormais, le geste fatal de Jacob n’est plus un sujet de préoccupation pour Joan, et elle est heureuse de l’accompagner dans sa nouvelle vie. En effet, ce dernier a changé ses fréquentations à sa sortie de prison et a obtenu un diplôme en criminologie. Il est aujourd’hui mentor de jeunes délinquants et travaille également avec l’association caritative de Joan, The Forgiveness Project, en donnant des conférences sur les dangers de la violence. « Nous travaillons ensemble pour prévenir les conflits. Je suis fière de ce qu’il a accompli », conclut la maman.

Notre sélection vidéo