Abonnez-vous pour 1€

Il avait disparu il y a cinq ans sans laisser de traces, la police le retrouve caché dans une forêt: «Les gens pensaient qu’il était mort!»

Photos
Il avait disparu il y a cinq ans sans laisser de traces, la police le retrouve caché dans une forêt: «Les gens pensaient qu’il était mort!»
FB

Incroyable histoire que celle de Ricardas Puisys qui, en septembre 2015, avait disparu sans crier gare, faisant craindre le pire à ses proches. Selon la police du Cambridgeshire, ce Lituanien de 35 ans aurait pris la décision de disparaître après avoir été exploité sur son lieu de travail, lui qui était ouvrier agricole.

Deux mois plus tard, les autorités avaient donc décidé d’ouvrir une enquête pour meurtre. Après plusieurs recherches et plusieurs annonces qui n’ont pas permis de localiser l’individu en 2015, les chances de le retrouver s’étaient amenuisées jusqu’à ce qu’un tuyau en juin dernier mène les enquêteurs sur la bonne piste. Ils ont fini par retrouver Ricardas dans une forêt de Wisbech, où il se cachait, le 1er juillet dernier.

Extrêmement bien caché

Désormais âgé de 40 ans, l’homme, qui pourrait avoir été victime d’esclavage moderne, était extrêmement bien caché et vivait dans des « circonstances difficiles », d’après l’inspecteur Rob Hall : « Depuis presque cinq ans, la disparition de Ricardas est un mystère complet. C’était jusqu’à ce que nous recevions, fin juin, des informations qui nous ont permis de le retrouver. »

L’un de ses amis, Jonas Kacerauskas, a raconté : « Je ne savais pas où il était jusqu’à maintenant. Les gens pensaient qu’il était mort. Je suis heureux qu’il soit en vie parce que je connais sa famille et que c’est un homme bien. » Sa carte d’identité avait été retrouvée dans un parc en novembre 2015, causant le début de l’enquête pour meurtre.

« Nous avons pris la décision de ne pas annoncer publiquement que nous avions trouvé Ricardas vivant jusqu’à présent afin de le protéger et de mettre en place des mesures de réinsertion. Il est en sécurité et nous travaillons très étroitement avec lui pour nous assurer qu’il reste en sécurité, mais aussi pour veiller à ce qu’il reçoive le soutien dont il a besoin après avoir vécu dans des circonstances extrêmement difficiles au cours des cinq dernières années, voire plus », conclut l’inspecteur.

Un profil Facebook essentiel dans l’affaire

En août 2018, la police a été informée qu’un profil Facebook au nom de Ricardas était consulté et géré quelque part à Wisbech, ce qui a donné aux détectives un nouvel espoir. Les photos montraient un homme complètement changé. Les policiers ont tenté de prendre contact avec Ricardas par l’intermédiaire de ce profil, qui comptait environ 70 amis. Mais en novembre, les enquêteurs n’étaient toujours pas parvenus à retrouver le propriétaire du téléphone.

La personne derrière le compte a répondu aux messages envoyés par les membres de la famille de Ricardas, mais les réponses étaient souvent vagues et lentes. Un message adressé à un cousin contenait des informations que seul Ricardas connaissait. Depuis que Ricardas a été retrouvé le 1er juillet, deux photos ont été publiées sur la page Facebook et il a remercié sa famille et ses amis pour leurs encouragements.

Notre sélection vidéo