Abonnez-vous pour 1€

Certains experts l’affirment: il n’y a pas de 2e vague de coronavirus en Belgique et la bulle de 5 personnes pourrait être élargie!

Prétexte
Prétexte - AFP

Les chiffres communiqués par Sciensano ont de quoi faire trembler les plus téméraires. À en écouter les augmentations annoncées (+ 104 % par ci, + 70 % par là…), la Belgique ne sera bientôt plus qu’un coronavirus géant ! Et pourtant, la situation ne semble pas aussi dramatique. Les chiffres sont cependant bel et bien corrects. C’est la façon de les présenter qui pose problème.

« La manière de communiquer de Sciensano ne peut qu’entraîner un message anxiogène. Et cette anxiété n’est pas proportionnelle à la situation », commente Yves Coppieters, médecin épidémiologiste et professeur de santé publique à l’ULB. « Ce qu’il faut communiquer, c’est le nombre de cas positifs rapporté au nombre de tests. C’est ça, le vrai reflet de l’épidémie. »

De plus en plus de voix se font entendre pour affirmer que, non, ce que l’on vit aujourd’hui, ce n’est pas une deuxième vague. « Une vague, ce n’est pas un terme scientifique », rappelle Catherine Linard, géographe de la santé à l’université de Namur. « Si on entend par là un pic aussi haut que le premier, alors non, je ne pense pas qu’on va en arriver là. Sauf si l’on revit de la même façon qu’au mois de mars. »

Le problème du terme « deuxième vague », c’est qu’il nous renvoie les images de la première en pleine figure.

► Pour Nathan Clumeck, professeur émérite en maladies infectieuses à l’ULB et au CHU Saint-Pierre, faire peur n’est pas la bonne option.

Certaines règles sanitaires pourraient toutefois, selon les experts, être réévaluées.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo