Abonnez-vous pour 1€

La traque aux touristes d’un jour continue à la Mer du Nord: «Faites passer le message, ne venez pas à la Côte!»

Les policiers contrôlent qui a le droit, ou pas, de rallier les plages de la mer du Nord
!
Les policiers contrôlent qui a le droit, ou pas, de rallier les plages de la mer du Nord ! - Belga

Ce week-end, les bourgmestres de Knokke et Blankenberge ont refusé l’accès aux touristes d’un jour. L’affluence du samedi mais aussi, et surtout, la bagarre générale qui a éclaté à Blankenberge ont poussé les maïeurs à prendre, par arrêtés communaux, des mesures strictes.

« La commune est complète. Les touristes d’un jour qui n’avaient rien à faire à Knokke ont été amenés à faire demi-tour. On avait, ce dimanche, une commune qui ressemblait à nouveau à une commune », résume le bourgmestre Léopold Lippens. En début d’après-midi, les communes de Bredene et du Coq ont également décidé de fermer leurs voies d’accès aux touristes d’un jour.

Cette restriction ne s’éteindra cependant pas forcément avec la fin du week-end. « Ce lundi, dès 10 heures, les contrôles reprendront », annonce le bourgmestre knokkois. « Et pour les prochains jours, nous aviserons au fur et à mesure. S’il y a beaucoup de voitures, on continuera. Si pas, on changera peut-être notre fusil d’épaule. On ne peut pas mobiliser des policiers pendant 8 heures pour rien. »

Léopold Lippens demande à nouveau aux touristes de ne pas se rendre à la côte. « Tout est saturé, ça ne sert à rien de venir ajouter 20 ou 30.000 visiteurs ! Faites passer le message : ne venez pas à la côte ! »

► D’autres bourgmestres pourraient emboîter le pas à Léopold Lippens si l’afflux de touristes devenait trop conséquent.

► La décision ne poserait aucun problème sur le plan juridique : voici pourquoi.

Notre sélection vidéo