Abonnez-vous pour 1€

Vague de chaleur: en cas de canicule, l’employeur doit adapter ses conditions de travail

Vague de chaleur: en cas de canicule, l’employeur doit adapter ses conditions de travail
123RF

Avec les températures particulièrement élevées des derniers jours, travailler correctement peut devenir une tâche compliquée. Mais l’employeur doit modifier ses conditions de travail si elles ne permettent pas de s’exercer décemment.

Comme le précise le SPF Emploi, la température maximale autorisée pour un emploi varie selon le degré pénibilité de la fonction : elle est limitée à 29 degrés pour un poste qui nécessite une charge physique de travail légère, en position assise comme un travail de secrétariat, de bureau ou encore la conduite d’une voiture. À 26 degrés pour une charge physique de travail moyenne comme la menuiserie, le travail debout, ou encore la conduite d’engins lourds. À 22 degrés pour une charge physique de travail lourde comme la manutention lourde de chantier. Et à seulement 18 degrés pour une charge physique de travail très lourde comme le bêchage en profondeur ou l’utilisation récurrente d’une échelle ou effort physique intense.

L’employeur a donc le devoir d’adapter ses conditions de travail, en installant par exemple un climatiseur ou un ventilateur, ou en diminuant la charge de travail physique, en modifiant les horaires, etc. Si l’employeur ne respecte pas ces règles, le travailleur est en droit de porter plainte contre lui.

Notre sélection vidéo