Abonnez-vous pour 1€

Vladimir Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus: sa fille l’a testé et a eu un peu de température

Vladimir Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus: sa fille l’a testé et a eu un peu de température

La Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus, a affirmé mardi le président russe lors d’une vidéo-conférence, assurant qu’il donnait une «immunité durable».

Des doutes...

Dans les semaines précédant cette annonce, des scientifiques étrangers ont exprimé leur préoccupation face à la rapidité de la mise au point d’un tel vaccin et l’OMS avait appelé au respect de «lignes directrices et directives claires» en matière de développement de ce type de produits.

«Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré», a dit Vladimir Poutine , en ajoutant: «je sais qu’il est assez efficace, qu’il donne une immunité durable».

Testé... sur sa fille

Le président a même affirmé qu’une de ses filles s’était fait inoculer le vaccin. «Elle a participé à l’expérience», a-t-il indiqué, affirmant qu’elle avait eu un peu de température, «et c’est tout».

Ce vaccin sera mis en circulation le 1er janvier 2021, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes.

La Russie avait assuré ces dernières semaines la production prochaine de milliers de doses de vaccins contre le nouveau coronavirus et «plusieurs millions» dès le début de l’année prochaine.

L’Organisation mondiale de la Santé avait réagi en plaidant pour le respect des protocoles et réglementations en vigueur dans le développement d’un vaccin anti Covid-19.

La Russie travaille depuis des mois, comme de nombreux autres pays dans le monde, sur plusieurs projets de vaccins contre le Covid-19. Celui mis au point par le centre Gamaleïa l’est en collaboration avec le ministère de la Défense.

En Indonésie, on teste un autre vaccin

Dans le même temps, l’Indonésie a commencé mardi à tester sur 1.600 volontaires le candidat vaccin chinois contre le coronavirus mis au point par le laboratoire Sinovac Biotech. Appelé Coronavac, il fait partie des rares vaccins à être en phase III, la dernière étape des essais cliniques avant l’homologation.

Ce vaccin est déjà actuellement testé auprès de 9.000 volontaires au Brésil, le deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie de coronavirus, après les Etats-Unis.

L’Indonésie, qui est le quatrième pays le plus peuplé de la planète, fait face à une hausse du nombre de cas de Covid-19 qui a déjà contaminé plus de 127.000 personnes et fait plus de 5.700 morts. L’ampleur de l’épidémie pourrait cependant être bien supérieure, le taux de dépistage étant faible dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

Notre sélection vidéo