Abonnez-vous pour 1€

Anderlecht: il faudra veiller à ne pas lancer trop vite Percy Tau et Mustapha Bundu

Photo News
Photo News

«  Quand vous savez que Dimata ne tient pas encore 90 minutes, cela ne vous fait plus que deux changements. Et ça devient compliqué si certains joueurs ont des crampes. Il y en a eu trois chez nous et aucun à Malines… » Frankie Vercauteren ne voulait surtout pas invoquer la chaleur comme excuse, dimanche, à Malines. Comme tous les observateurs, il a vu que, même dans un stade vide, ce sont les Malinois qui ont mis le feu dans la dernière demi-heure alors que bon nombre de Bruxellois paraissaient asphyxiés.

La fragilité physique du noyau A, sur le tapis depuis deux ans, sera-t-elle à nouveau un thème récurrent au parc Astrid ? « C’était un souci la saison dernière mais nous y avons remédié avec notamment l’engagement de Damien Roden en provenance de Stoke City et qui a aussi travaillé avec Vincent Kompany, avait souligné le directeur sportif Peter Verbeke vendredi dernier. En tant que High Performance Manager, il coordonne la préparation physique jusque dans ses moindres détails, l’aspect nutritionnel compris. Cette saison, nous répondrons présent physiquement. »

Cela n’a pas encore été le cas dimanche, le Sporting affichant un déficit d’intensité interpellant. Mais le staff se veut confiant pour la suite. Même si la tentation sera grande compte tenu des lacunes affichées à Malines, il devra toutefois veiller à ne pas lancer trop vite Tau, Bundu et Mykhailichenko, inévitablement à court de rythme. Surtout dans le chef des deux premiers, Bundu ne reprenant notamment les entraînements que ce mardi ou mercredi.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo