Le microcrédit ouvre les portes de l’entrepreneuriat à tous

Le microcrédit ouvre les portes de l’entrepreneuriat à tous

Un gérant d’épicerie ou une fleuriste de quartier. Un patron de food truck ou un chauffeur de taxi. Une professeure de danse ou un vendeur ambulant sur les marchés. Autant d’entrepreneurs indispensables au quotidien. Des indépendants, des artisans et des dirigeants de PME qui ont également besoin de fonds pour lancer ou développer leur activité : acheter un nouveau véhicule, rénover un local, engager un employé, etc. L’ennui ? Ces « microentrepreneurs » n’ont pas toujours accès au système bancaire traditionnel. La solution ? Le microcrédit : un prêt d’un montant limité — jusqu’à 25.000 euros — pour démarrer ou faire grandir un projet. C’est la mission de microStart : un acteur clé contre l’exclusion bancaire, cofondé par BNP Paribas Fortis en 2011.

La confiance, un « macro-appui » et des résultats

Le microcrédit est donc un soutien financier indispensable à certaines catégories d’entrepreneurs. Mais l’offre de microStart va bien au-delà du prêt. C’est aussi un réseau d’experts professionnels mis à disposition des « microentrepreneurs ». Du coaching, des formations en ligne et un accompagnement gratuits : quelles démarches pour démarrer ? ; comment rédiger un plan financier ? ; quels choix stratégiques opérer ? MicroStart est présent ! En 2019, l'organisme a guidé plus 1.100 personnes dans la création ou le développement d’une activité et accordé un total de 624 microcrédits. Une confiance qui paie puisque plus de 75 % des entreprises financées sont pérennes après trois ans. Depuis 2011, l’organisme leader a injecté 40 millions d’euros dans l’économie et contribué à créer 6.400 emplois.

Un coup de pouce pour grandir

Ce bilan ne dit pas tout. Un entrepreneur qui reçoit un microcrédit augmente en même temps ses chances d’obtenir un financement bancaire. C’est donc un levier clé pour un véritable envol entrepreneurial. Une illustration : le « prêt engagé » lancé conjointement par microStart et BNP Paribas Fortis. Concrètement ? Si le projet « hors normes » exige plus de fonds que ceux accordés par microStart, la banque intervient pour compléter le crédit. Soulignons aussi que BNP Paribas Fortis prête main-forte à microStart sur d’autres volets que la dimension financière. Nombre de collaborateurs de la banque offrent de leur temps et de leur expertise pour accompagner les microentrepreneurs (près de 70 % des 150 volontaires de microStart). Un engagement sociétal encouragé par le programme de bénévolat « 1MillionHours2Help » de BNP Paribas Fortis.

Un impact positif sur la société

Chaque euro investi dans le programme de microStart permet à la collectivité d’en récolter quatre (deux ans plus tard). C’est aussi cela le microcrédit : un incroyable levier pour créer des emplois et générer de la valeur pour la société (via, par exemple, les recettes fiscales). Des personnes accompagnées et soutenues qui ne dépendent plus de l’aide sociale : un cercle vertueux en puissance pour ces « microentrepreneurs » avec des bénéfices pour la communauté. Un exemple ? Le projet « Entreprendre sans frontière », soutenu à hauteur de 100.000 euros par an par la Fondation de BNP Paribas Fortis, dont le but est d’aider des réfugiés à lancer leur propre activité en Belgique. L’objectif de microStart est de soutenir près de 280 réfugié(e)s et de leur octroyer 165 nouveaux microcrédits d’ici 2022. Un bel exemple d'inclusion sociale et financière.

#PositiveBanking