Abonnez-vous pour 1€

Bulle sociale: la tension monte entre Marc Van Ranst et Georges-Louis Bouchez sur Twitter, «merci de respecter le travail des politiques»

Bulle sociale: la tension monte entre Marc Van Ranst et Georges-Louis Bouchez sur Twitter, «merci de respecter le travail des politiques»
Belga Image

La question de l’élargissement de la bulle sociale, qui sera normalement abordée ce jeudi 20 août lors du Conseil national de sécurité, a causé quelques tourmentes entre Georges-Louis bouchez et Marc Van Ranst sur Twitter.

Si plusieurs personnalités publiques ont déjà donné leur avis à ce sujet, Marc Van Ranst a été le seul à montrer son désaccord quant à l’élargissement de la bulle. Et le fait que certains émettent déjà leur opinion publiquement a agacé certains politiques, comme Georges-Louis Bouchez, qui a exhorté Marc Van Ranst de laisser le CNS décider.

« La courbe commence seulement à diminuer et immédiatement on demande l’élargissement de la bulle. C’est trop tôt ! Je répète : c’est trop tôt ! », a tweeté le virologue ce mercredi. Des prises de position qui n’ont pas lieu d’être, selon certains, agacés par le comportement de certains experts qui se prononcent avant même que le CNS n’ait annoncé quoi que ce soit. Pierre-Yves Jeholet est d’ailleurs du même avis que Georges-Louis Bouchez, lui qui s’est montré agacé par la « cacophonie » des experts sanitaires à l’aube du CNS.

En réponse au tweet de Van Ranst, Bouchez a alors rétorqué : « Peut-être attendre le CNS pour faire des observations et oppositions ? Ou alors on peut faire les réunions sur Twitter peut-être ? ». Une réponse qui n’a pas du plaire à Marc Van Ranst, qui a immédiatement répliqué : « Cher Georges, le maintien de la bulle de cinq a déjà été discuté 1) par le Celeval (les rapports sont accessibles au public), 2) par le Comité de Concertation et 3) expliqué aujourd’hui lors de la conférence de presse du Centre de crise ».

Le président du MR a répondu en maintenant qu’il fallait attendre la décision du CNS : « Sauf que ce n’est qu’un avis. La décision c’est le CNS qui la prend. Donc merci de respecter le travail des politiques également et leur pouvoir de décision. Quand on conseille, on conseille. On ne substitue pas ». Et Marc Van Ranst était bien décidé à ne pas laisser le dernier mot à Georges-Louis Bouchez ! « Ce n’est qu’un avis qui va diminuer la force de l’épidémie. Une fois ces bons conseils prodigués, on ne peut qu’espérer qu’aucun risque inutile ne sera pris. Rassurez-vous, tous les virologues ont confiance en la sagesse des politiciens », a-t-il ajouté.

Notre sélection vidéo