«Tenet» cartonne en attendant Wonder Woman et James Bond! (photos)

Photos
John David Washington dans Tenet, Gal Gadot dans Wonder Woman 1984 et Daniel Craig dans Mourir peut attendre: leur mission? Sauver le box-office mondial.
John David Washington dans "Tenet", Gal Gadot dans "Wonder Woman 1984" et Daniel Craig dans "Mourir peut attendre": leur mission? Sauver le box-office mondial. - © Warner Bros./Sony Pictures

De reports en annulations de sorties pures et simples ou rapatriements sur les plateformes de streaming, l’industrie du cinéma en est arrivée cet été à ne plus compter que sur un seul blockbuster pour faire bouillir la marmite : « Tenet », le thriller futuriste de Christopher Nolan avec John David Washington, le fils du grand Denzel, et Robert Pattinson.

Et le film Warner a tenu toutes ses promesses : alors que les experts hollywoodiens attendaient un chiffre compris entre 25 millions et 40 millions de dollars de recettes mondiales pour son premier week-end d’exploitation (en n’oubliant pas que, sorti le 26 août chez nous et dans une quarantaine d’autres pays, il ne devait arriver qu’une semaine plus tard sur les marchés chinois et américains, les plus importants), « Tenet » a atteint 53 millions de dollars au total. Il a rapporté 37 millions de dollars en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. En Belgique, le succès est au rendez-vous aussi avec, d’après les derniers chiffres fournis par Warner, 648 000 euros au box-office, soit grosso modo 66 000 spectateurs (pas loin de la moitié des tickets achetés depuis une semaine l’ont été pour « Tenet »)

John David Washington et Robert Pattinson, héros de Tenet et du box-office.
John David Washington et Robert Pattinson, héros de "Tenet" et du box-office. - © Warner Bros.

Ravi, Toby Emmerich, le président de Warner Bros. a tenu à féliciter Christopher Nolan : « Il est une nouvelle fois parvenu à réaliser un événement qui demande à être vu sur grand écran. » Emmerich a de quoi sourire, en effet, lui qui a investi 200 millions de dollars dans la seule production du film. Il s’agit pourtant sans nul doute du moins bon long métrage de la carrière de Christopher Nolan. Le réalisateur de « Memento », « Interstellar », « Dunkerque », toujours mordu de paradoxes temporels, se prend les pieds dans les fils spatio-temporels tendus autour de son intrigue à la James Bond – quoique son acteur principal comme son ennemi joué par Kenneth Branagh manquent totalement du charisme de l’agent 007 et de ses adversaires. Mais ça n’en reste pas moins un blockbuster particulièrement spectaculaire par moments. Comme il est dit au héros au début du film, « il ne faut pas essayer de comprendre, mais ressentir ». Ca peut ballonner un petit peu mais au moins on aura moins mal à la tête.

La nouvelle affiche de James Bond, toujours bien annoncé le 11 novembre 2020.
La nouvelle affiche de "James Bond", toujours bien annoncé le 11 novembre 2020.

Ce succès est une très bonne nouvelle aussi pour… les autres studios, qui vont pouvoir pousser leurs propres pions sur l’échiquier. D’abord, pour rester chez Warner, on pense à « Wonder Woman 1984 », toujours inscrit au 30 septembre en salle, voire à « Dune », le film de science-fiction de Denis Villeneuve qui aura la lourde charge de faire oublier le naufrage de l’adaptation de David Lynch, il y a plus de 35 ans. Qui sait aussi si, du côté de Disney, toujours muet sur le sort de « Mulan » en Belgique, le film ne pourrait pas rebondir en salle avant de finir en streaming…

Mais on pense aussi, bien sûr, au 25e opus de James Bond, « Mourir peut attendre ». Heureux hasard ? Sony Pictures vient de dévoiler une nouvelle affiche officielle du film, en confirmant sa date de sortie, elle aussi plusieurs fois repoussée, le 11 novembre prochain. Les cinémas ont trop besoin de lui pour que l’agent 007 leur fasse faux… Bond !

Notre sélection vidéo