Abonnez-vous pour 1€

La présence d’un lynx au sud de la Belgique a été confirmée: «Il ne représente aucun danger pour l’homme»

La présence d’un lynx au sud de la Belgique a été confirmée: «Il ne représente aucun danger pour l’homme»
Illustration Isopix

L’espèce protégée avait pourtant disparu « depuis plusieurs centaines d’années » dans nos contrées, signale le Service public de Wallonie (SPW) vendredi, qui évoque donc un « signe encourageant ».

« Des observations ponctuelles » du prédateur ont été réalisées ces 20 dernières années sans preuve aussi « indiscutable » que ce cliché fin du mois passé, explique le SPW. « Ces observations sur plusieurs mois permettent par ailleurs de considérer que ce lynx n’est pas de passage, mais semble bien établi en Wallonie », tranche le service.

« On ne peut pas encore parler de population établie, mais d’une succession d’observations sporadiques qui, compte tenu de la discrétion de l’animal, constitue un signe encourageant pour une éventuelle recolonisation des forêts wallonnes », salue le SPW.

L’administration annonce qu’elle va poursuive les observations « afin de récolter de nouveaux indices, notamment génétiques, permettant de déterminer l’origine de l’animal ».

Le lynx est décrit comme un animal solitaire, amateur de rongeurs, lièvres et ongulés comme le chevreuil. Son domaine vital s’étend sur plusieurs centaines de km2, mais ce chasseur est aussi très discret, ce qui le rend « excessivement difficile à observer ». « Il ne représente aucun danger pour l’homme, qu’il prend soin d’éviter, raison pour laquelle les observations de lynx sont excessivement rares », détaille encore le SPW.

Si la présence du lynx dans les forêts wallonnes peut cette fois être confirmé, c’est donc grâce à l’oeil affûté d’un photographe du nord du pays qui a prévenu l’ASBL Landschap. L’organisme récolte des observations de grands prédateurs en Flandre mais reçoit également des témoignages d’observations réalisées en Wallonie. Une fois en possession de la photographie, il a prévenu le SPW.

L’espèce protégée avait complètement disparu d’Europe occidentale mais des programmes de réintroduction ont eu lieu en France et en Allemagne.