Abonnez-vous à -50%

Benjamin Castaldi sur le phénomène TPMP… et les coulisses de l’émission de Cyril Hanouna: «Il y a des départs que j’ai regrettés…»

Exclusif
Castaldi et Hanouna autrefois ennemis... mais plus maintenant
!
Castaldi et Hanouna autrefois ennemis... mais plus maintenant ! - Capture C8

Dans ce « TPMP ouvert à tous » le vendredi, vous sentez que vous avez imprimé votre patte à la présentation ?

Maintenant oui, même si cela reste un travail d’équipe. Au début, j’avais du mal : il fallait se différencier de Cyril qui est une bête de scène mais j’étais un peu dans la copie, je le singeais…

Comment ça se fait ? Vous avez pourtant votre personnalité d’animateur avec une grosse carrière d’animation derrière vous…

Parce qu’on est quand même dans un format, « TPMP » que Cyril a créé et imposé, on essaie du coup de faire un peu comme lui. Mais c’était une erreur ! Je m’en suis rendu compte assez vite… et on me l’a dit d’ailleurs ! (sourire) Et puis, ça restait un exercice nouveau pour moi. Parce que bien que je fête cette année mes 26 ans de carrière, du talk-show je n’en avais jamais fait ! Et contrairement à ce qu’on dit, c’est très difficile, il faut être très concentré, aller vite. J’étais plutôt habitué aux grosses machines, plutôt huilées sur TF1, avec un conducteur à respecter, un prompteur, des textes… Ici, pas du tout, on est totalement libre ! Alors, parfois, on dérape, on dit des conneries, mais c’est le risque… et c’est ça la beauté du truc !

Vous vous en voulez parfois d’avoir parfois dérapé ?

On dit parfois un truc qu’on n’aurait pas dû dire mais c’est ce que les téléspectateurs viennent chercher aussi. Parfois je ne fais pas gaffe, on montre une chanteuse et je pense que je ne suis pas à l’antenne et je dis : « Elle est nulle celle-là ! » (sourire)

On se fâche plus facilement avec les gens du milieu quand on est dans « TPMP » ?

Oui, je pense qu’on se fâche avec des gens. Je pense que quand je vais arrêter TPMP, je vais manger un peu de sable ! (rires) Mais c’est la règle du jeu.

Y a-t-il des départs de chroniqueurs de « TPMP » qui vous ont fait… plaisir ?

Voilà une question à laquelle je ne répondrai pas ! (sourire) Il y a des départs que j’ai regrettés… : celui d’Enora, parce qu’elle n’a jamais été remplacée dans son tempérament. C’est vraiment un personnage à part. Et là, Matthieu vient de partir, c’est aussi un personnage important de l’émission. Il y en a aussi qui ont été annoncés et n’ont jamais fait une émission. Ils sont partis avant d’arriver ! (rires)

C’est compliqué de s’intégrer à la bande ?

Oui. On est tous très bien installés dans nos personnages respectifs, ça va très vite et on n’a pas le temps réellement d’aider le nouveau…

Une réelle amitié s’est forgée entre vous et Cyril ?

Oui, je pense… et ce n’était pas gagné !

Vous étiez les ennemis jurés il y a cinq ou six ans…

Oui, totalement ! On s’était bien chauffés via textos. Mais on est devenus amis.

[…]

>> « On m’a découvert plus humain, ça m’a fait du bien ! » : son interview exclusive à lire en intégralité dans nos éditions digitales.

Notre sélection vidéo