Le Journal de la rentrée - Retrouvez les photos de vos enfants dans votre journal LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

De mystérieuses graines chinoises inquiètent les citoyens à Manage: Patricia a découvert un sachet dans sa boîte aux lettres

Patricia a reçu un colis mystérieux.
Patricia a reçu un colis mystérieux. - RTL Info

Nous sommes le 28 août lorsque Patricia, originaire de La Hestre, découvre dans sa boîte aux lettres un sachet de graines en provenance de Chine qu’elle n’a pas commandé. Inquiète, la Hestroise décide d’emballer le colis dans un sachet hermétiquement fermé avant d’en avertir le SPF Santé publique et la police. « J’ai lu sur le site de 7 sur 7 un avertissement du Ministère de l’Agriculture Française qu’il ne fallait en aucun cas ouvrir la pochette et encore moins les planter, ce qui pourrait représenter un danger pour la santé », écrit-elle dans une lettre adressée au SPF Santé publique après que la police lui ait conseillé de jeter ces semences dans une poubelle. « Je me tourne vers vous afin de faire analyser les graines par un laboratoire afin d’établir ou non leur dangerosité. Je refuse de mettre cette pochette dans la poubelle afin d’optimiser la sécurité de tout un chacun. »

Des graines reçues de Chine sans explication.
Des graines reçues de Chine sans explication. - D.R.

Des produits non toxiques

Les écrits de Patricia interpellent et il lui est conseillé d’en faire part au Ministère des Affaires économiques et de l’Agriculture wallonne, également étonné par ce témoignage : « Nous n’avons connaissance que du cas de cette dame en Wallonie », annonce Pauline Bievez, porte-parole du ministre de l’Agriculture, Willy Borsus. « Mais nous devons faire une notification au niveau de l’Europe puisque le phénomène est aussi connu en France, aux Pays-Bas et au Danemark (ainsi qu’aux États-Unis sur le plan mondial). Nous avons décidé, par sécurité, de faire tester les graines de Patricia dans notre laboratoire, le Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W) à Gembloux après avoir respecté une mise en quarantaine liée au coronavirus. Nous voulons être sûrs qu’il n’y ait pas de toxicité liée aux graines. »

Cette semaine, Frédéric Debode, le chef de projets de ce même centre indiquait à nos confrères de chez RTL Info qu’aucun passeport phytosanitaire n’était associé à cet envoi de graines, « ce qui est tout à fait obligatoire pour l’envoi de tels échantillons. Il faut donc évaluer le risque. »

L’espèce de graines n’a donc pas encore été formellement identifiée mais… « De ce que nous avons vu dans les autres pays », reprend Pauline Bievez, « il s’agirait de produits non dangereux, tels que de la menthe, de la moutarde… envoyés par des personnes qui souhaiteraient faire du référencement massif en publiant eux-mêmes des commentaires et notes positifs sur leur page. »

Se tourner vers l’AFSCA

Selon la porte-parole, l’Inspection économique en charge des infractions économiques n’aurait pas reçu de plaintes supplémentaires à ce sujet. L’enquête est cependant en cours. « Si des envois similaires devaient encore avoir lieu, nous conseillons aux citoyens wallons d’amener ou d’envoyer les pochettes dans leur bureau de l’AFSCA (un bureau par province), l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire, pour les notifier au niveau européen. »

De son côté, le bourgmestre manageois Bruno Pozzoni indique ne pas avoir connaissance d’autres cas dans sa commune. « Mais je conseille en tout cas d’éviter d’ouvrir tout paquet qui n’aurait pas été commandé. »

Maud Wilquin

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo