La priorité de ces entreprises ? Le bien-être commun

La priorité de ces entreprises ? Le bien-être commun

L’entrepreneuriat social et solidaire se définit par la volonté de placer la performance économique au service du plus grand nombre. Exit la logique du profit à tout prix ! En d’autres mots ? Le but est de générer un impact positif en s’inspirant entre autres des Objectifs de développement durable de l’ONU. Un modèle entrepreneurial solidaire et résilient qui place d’autres valeurs au pinacle. De quoi séduire une société en quête de sens et confrontée à des défis majeurs. Ces acteurs innovants partagent quatre piliers clés : une mission sociale, sociétale ou environnementale ; un business model viable économiquement ; une redistribution des bénéfices encadrée ; une gouvernance fondée sur la « participation ». Des valeurs communes qui en assurent la crédibilité… et le succès !

Pourquoi ces entreprises sont « différentes » ?

Le concept d’ESS n’est pas nouveau. Mais il vit une nouvelle jeunesse ces dernières années. Un « véhicule » adéquat pour répondre aux enjeux complexes de demain et contribuer à la construction d’un monde plus durable et soutenable. Ce n’est donc pas un hasard si les entrepreneurs sociaux s’engagent dans des secteurs comme la décarbonisation, l’efficience énergétique, l’économie circulaire ou le travail « inclusif ». Des acteurs du changement qui se distinguent aussi par une conscience globale alliée à un ancrage local. Ainsi que par des caractéristiques propres : une structure juridique (associations, coopératives, etc.) et un mode de gouvernance plus démocratique et participatif. Un lieu d’innovations sociales et d’avancées sociétales pour le plus grand nombre… Capable d’amorcer le changement et répondre aux enjeux de la transition écologique.

Des exemples inspirants

Production d’énergie renouvelable, lutte contre l’exclusion, alimentation durable ou mobilités alternatives, la Belgique regorge d’acteurs « responsables ». Des modèles qui influencent aussi les entreprises classiques… EnVie Atelier, par exemple, récupère des légumes mal calibrés pour fabriquer des soupes et les distribuer ensuite dans des magasins Colruyt. Avec une particularité : l’entreprise sociale emploie des réfugiés en collaboration avec Randstad. Un partenariat vertueux entre des acteurs issus d’univers distincts. Le Champignon de Bruxelles ? Une coopérative active dans le zéro déchet, le bio et la réinsertion professionnelle qui se distingue aussi par un mode de gestion et de décision porté par ses propres salariés. Éole-lien est une coopérative de la région de Temploux qui a permis de construire et de gérer une éolienne citoyenne. D’autres initiatives ? La plateforme Belgium Impact met en lumière une série d’entrepreneurs inspirants...

Chez BNP Paribas Fortis nous construisons, avec vous, un avenir positif dans lequel nous plaçons la durabilité au premier plan. Nous travaillons sans cesse à de meilleures façons d’être banquier. C'est ce que nous appelons le Positive Banking. #PositiveBanking