Abonnez-vous à -50%

Médias: boom des abonnements numériques sur nos produits digitaux

Sur le web ou sur le papier, les mêmes critères de rigueur journalistique.
Sur le web ou sur le papier, les mêmes critères de rigueur journalistique. - 123RF

Il n’y a pas de mal à le répéter et à vous remercier, jour après jour, pour votre confiance : nos sites Web dépassent régulièrement le cap du million de visiteurs uniques, « ce qui est exceptionnel pour un acteur belge francophone et nous place loin devant les autres », rappellent le directeur général de Sudpresse, Pierre Leerschool (lire ci-dessous) et Florence Collard, la directrice de notre département digital.

Abonnés numériques : +45 %

« Nous voyons une accélération très claire de la consommation d’infos sur nos produits digitaux, plus encore depuis le début de la crise du Covid-19 », embraie Vincent Brossel, le directeur du marketing : « Notre portefeuille d’abonnés numériques a augmenté de 45 % et le recrutement de 70 % pendant la crise. Si l’on compare à l’an dernier, on est à +48 % de recrutements quotidiens. Tout en stabilisant les ventes du journal papier, ce qui est aussi important. On a doublé notre audience web en un an ! »

Trois raisons : la percée des outils numériques dans la population (une étude de Deloitte montre que 88 % des Belges possèdent un smartphone, alors qu’ils n’étaient que 74 % en 2016) ; le fait que la crise sanitaire a confiné les gens chez eux : ils ont donc consommé plus d’infos sur leur smartphone ou leur laptop. Et la recherche, on l’a dit, d’infos crédibles.

« Cela nous a amenés à redoubler de vigilance pour jouer à fond notre rôle d’anti-fake news », commente Demetrio Scagliola, le rédacteur en chef de votre journal. « La crise nous a poussés à réfléchir à nos priorités (l’info locale de qualité, notre ADN ; l’info service, la vie pratique, les sports…). Elle a accéléré notre transformation digitale qui était déjà très avancée et a consolidé notre leadership. Nous jouons sur les deux tableaux : le papier et le digital. Avec une offre numérique en continu, en temps réel, agrémentée de podcasts, de vidéos, d’infogrammes, de longs formats… »

Forte identité locale

Florence Collard insiste sur ces produits à forte identité locale. « Ce que nous offrons à nos lecteurs, info locale de proximité avec nos pages sur les communes ou info sportive, avec les résultats des rencontres de catégories d’âges, par exemple, ça ne se trouve nulle part ailleurs, c’est notre grande force », analyse la directrice du digital à Sudpresse.

La stratégie n’a jamais été le « tout au digital » au détriment des lecteurs du journal papier qui connaît encore un beau succès (l’offre « INTÉGRAL » à 31,50€ par mois, soit tout le numérique + le journal papier et la possibilité de partager son abonnement avec trois personnes). Dans nos journaux nous offrons, statistiques à l’appui, un peu moins de 40 % de volume d’information quotidienne en plus que nos concurrents.

« L’objectif a été de faire adopter les produits digitaux à un maximum d’abonnés », reprend Mme Collard. « On cible aussi de nouvelles offres plus en adéquation avec les besoins des lecteurs. Notre offre « START » (l’accès à l’ensemble de nos produits numériques pour 9€ par mois. Ou sa version améliorée « PREMIUM » à 14€ qui offre la newsletter et la version numérique du journal) vise des personnes qui consomment des flux d’infos, mais sont moins des lecteurs du journal papier. On travaille aussi sur les habitudes et les réflexes des gens : leur déposer le journal tôt le matin dans leur boîte mail, comme le facteur le fait dans leur boîte aux lettres. On travaille sur la personnalisation avec l’envoi de newsletters thématiques, etc. »

Rédaction en labo digital

La conclusion de Demetrio Scagliola : « On vit avec le Covid, aussi dans l’espoir d’un vaccin qui nous permettrait de voir le bout du tunnel. Nous réfléchissons à ce que seront nos produits après la crise sanitaire : la rédaction vit en mode labo digital. » Tout bénéfice pour nos lecteurs…

Pierre Leerschool: «Une info de qualité, cela a un coût»

Des bureaux dans toutes les régions de Wallonie.
Des bureaux dans toutes les régions de Wallonie. - 123RF

Le président du Conseil européen, Charles Michel, nous l’avait dit dans l’interview qu’il nous a accordée samedi dernier : « Le paradoxe, c’est que la crise du Covid-19 a été une tragédie, plus encore pour ces familles fortement affectées, mais c’est aussi l’occasion d’accélérer des transformations nécessaires ».

C’est un discours qui parle aux médias, en particulier à Pierre Leerschool, le directeur général de Sudpresse. « Si la crise nous a fait souffrir du point de vue de nos rentrées publicitaires, nous avons connu un développement important de nos sites numériques. La demande d’abonnements a été plus forte. Les gens se méfient de plus en plus des réseaux sociaux et se tournent vers nous pour trouver une info de qualité. Cela conforte notre leadership en Belgique francophone : nous sommes les plus avancés en Wallonie au sein de notre secteur dans la transformation digitale. Cela me rend fier : c’est une vraie success story. »

Autres services à venir

Et on n’en est qu’au début : le directeur général de Sudpresse promet la poursuite de cette montée en puissance. « On va proposer d’autres services indispensables aux lecteurs (personnalisation de l’information, newsletters thématiques, résultats et vidéos de sport, jeux…). On se réjouit aussi de voir une communauté de plus en plus jeune s’intéresser à nos médias, c’est très positif. Ici, l’intérêt pour l’info sportive est très marqué, aussi pour l’info de proximité. C’est un bon choix de leur part, puisque nous sommes numéro 1 en Belgique francophone et nous sommes les seuls à avoir des bureaux dans toutes les régions. Nous offrons une information complète : locale, nationale et internationale. »

Le coût de l’info

Une info de qualité qui a un coût, Pierre Leerschool insiste aussi sur ce point : « Il est important que l’on comprenne pourquoi une info est payante. Nos rédactions comptent 130 journalistes salariés auxquels s’ajoutent 450 indépendants. Cela nous permet de proposer aux lecteurs une info de qualité et si on veut la préserver, il faut accepter qu’elle soit rémunérée. »

D.SW.

Notre sélection vidéo