Abonnez-vous pour 1€

Victoria découvre que sa fille Nancy a un cancer de l’œil en prenant une photo d’elle: «Cela lui a probablement sauvé la vie!»

Victoria découvre que sa fille Nancy a un cancer de l’œil en prenant une photo d’elle: «Cela lui a probablement sauvé la vie!»
Unsplash

En décembre dernier, Victoria s’est fait une belle frayeur quand elle a constaté, en prenant une photo de Nancy, 5 ans, que la petite fille avait une lueur blanche au niveau de l’œil gauche. Cette maman de 29 ans savait que cela pouvait vouloir dire que son enfant avait un rétinoblastome, un type de cancer de la rétine. Lorsqu’elle a demandé à Nancy si elle voyait bien de l’œil gauche, Victoria a rapidement constaté que ce n’était pas le cas et s’est donc précipitée aux urgences.

À peine 17 jours plus tard, elle a subi une opération pour retirer son œil gauche et empêcher le cancer de se propager. « Avoir pris cette photo sur mon téléphone et pouvoir montrer aux médecins exactement ce que j’avais vu lui a probablement sauvé la vie », raconte-t-elle. « Je me souviens avoir lu quelque chose sur les réseaux sociaux qui disait que prendre une photo avec un flash et chercher une lueur au-dessus de l’œil peut révéler un cancer. »

Une petite fille courageuse

« Nancy était si souriante pendant toute l’opération qu’elle a mise elle-même le masque pour l’anesthésie. C’était déchirant. Je m’attendais à ce qu’elle soit un peu effrayée de ce qui se passait, mais elle s’est rendue dans la salle d’opération avec un grand sourire sur le visage », poursuit-elle. « Elle aurait pu garder son œil, mais cela aurait été pour des raisons purement esthétiques car elle n’aurait jamais retrouvé la vue, nous avons donc décidé de procéder à l’enlèvement. C’était un choix facile : pourquoi le laisser si ça augmente les chances que le cancer revienne ou se propage dans son cerveau et lui ôte potentiellement la vie ? »

La petite Nancy prend finalement très bien la nouvelle de ne plus avoir d’œil gauche. Avant d’être autorisée de rentrer chez elle, Nancy s’est fait installer un œil temporaire, qui s’insère comme une lentille de contact pour maintenir la forme de l’orbite et permettre aux paupières de cligner par-dessus. Le personnel du Royal London Hospital s’est rendu dans l’école de Nancy pour expliquer à ses camarades de classe ce qui lui était arrivé à l’œil avant son retour.

Un œil très naturel

Suite aux retards causés par la pandémie de Covid-19, elle devrait être dotée la semaine prochaine d’un œil artificiel permanent qui ne devrait pas avoir besoin d’être remplacé : « Nous sommes très heureux de l’œil qu’elle aura maintenant. On ne peut pas dire qu’il n’est pas réel si on n’est pas à son niveau et qu’on ne le regarde pas directement. » Victoria explique également que la petite fille n’hésite pas à blaguer à propos de son handicap, ce qui ne peut être que bénéfique pour l’adolescence, qui risque parfois d’être un sujet sensible.

« Septembre est le mois de la sensibilisation au cancer de l’œil chez les enfants, et nous sensibilisons aux symptômes du rétinoblastome, les plus courants étant une lueur blanche dans l’œil sous une certaine lumière et un strabisme. Un diagnostic précoce peut aider à sauver la vue, les yeux et la vie d’un enfant », a déclaré Patrick Tonks, directeur général du Childhood Eye Cancer Trust. « Grâce à la rapidité d’esprit de Victoria et à la reconnaissance des signes, Nancy a pu être diagnostiquée et traitée immédiatement. »

Notre sélection vidéo