«Un mec sincère avec qui j’ai beaucoup appris…»: François Mazure réagit au départ de Jean-Pierre Pernaut du 13h de TF1

Rencontre en 2008 à la Tour TF1: Pernaut (à g.) et Mazure (à d.)
Rencontre en 2008 à la Tour TF1: Pernaut (à g.) et Mazure (à d.) - DR

S’il y a bien un Belge qui connaît Jean-Pierre Pernaut, c’est bien François Mazure, le journaliste de la RTBF ! De 2006 à 2009, il travaillait comme correspondant belge pour TF1 et donc principalement pour le 13h de TF1…

« Je lui voue une vraie admiration, commence Mazure. Pour moi, Jean-Pierre Pernaut a inventé le réseau des agences régionales et permis ainsi à son JT d’être proches des gens. Ce n’est pas pour rien qu’il est le journal de 13h le plus regardé d’Europe. C’est une star de l’info et pourtant, il connaît personnellement chacun des journalistes qui travaille sur le terrain et il est tout le temps en contact avec eux. Je l’ai rencontré plusieurs fois à Lille où j’étais basé. Il attache une grande importance à ça et il est parfaitement au courant de tout ce qui se passe en région. »

un langage accessible

« Un jour de juin, continue François Mazure, à ma grande surprise, je suis contacté par son bras droit qui me demande ce que j’ai prévu pour le carnaval de Binche ! Je réponds : « Mais, c’est dans 7 mois seulement ! » Pernaut m’a fait comprendre que si je voulais un reportage hyper-léché et abouti, il fallait avoir le temps… Son JT se prépare très longtemps à l’avance. »

Mazure refuse d’abonder dans le sens de ceux qui reprochent à Pernaut un côté réac. « Il refuse d’intellectualiser l’info, il a compris qu’un JT, ça doit s’adresser à tout le monde. Bon, après 33 ans à la tête d’une tranche d’info, il y a des convictions personnelles qui transpirent, on peut s’en émouvoir, mais c’est son personnage et quoi qu’on en pense, il a toujours traité tous les sujets dans un langage accessible, c’est son obsession. Il m’a énormément appris sur la narration d’un sujet. Il veut qu’on soit dans la vraie vie ! Par exemple, il n’aime pas d’avoir des gens en cravate dans les reportages. Tout simplement parce qu’il ne veut pas un journal d’experts, mais qu’on sente que ce sont des vraies gens qui parlent. C’est un mec sincère et le jour où je suis retourné à la RTBF, il m’a écrit personnellement pour me remercier. Franchement, il est comme ça et j’étais très touché… Bien sûr, on savait que même s’il a beaucoup d’énergie, il devrait un jour ou l’autre quitter la présentation… Mais Pernaut fera toujours partie de mes meilleurs souvenirs professionnels ».

Sam CHristophe

Notre sélection vidéo