Abonnez-vous à -50%

La Belgique rachète un F-16 déclassé aux Pays-Bas pour l’entraînement de ses armuriers

Photo prétexte
Photo prétexte - BelgaImage

L’annonce de cette vente a fait l’objet d’une lettre adressée le 20 août à la deuxième Chambre (la chambre basse du parlement de La Haye) par la secrétaire d’Etat néerlandaise à la Défense, Barbara Visser. Il s’agit d’un F-16 retiré du service après avoir atteint sa limite structurelle – et qui n’est donc plus en état de voler.

Le ministre de la Défense, Philippe Goffin, a confirmé cet achat mercredi en commission de la Chambre, précisant que le prix de la transaction avait été fixé à 50.000 euros.

De source militaire belge, on explique que la composante Air doit absolument disposer du maximum d’avions disponibles – elle compte encore 54 F-16 monoplaces et biplaces en dotation – pour effectuer ses missions et participer aux différentes opérations, en tenant compte des avions en maintenance.

Or, il arrive très fréquemment qu’un F-16 opérationnel soit immobilisé pour permettre aux armuriers de s’entraîner au montage (« loading » en jargon) des armements (bombes et missiles) et à réaliser les tests prescrits par la documentation technique. Cet avion n’est alors pas disponible pour effectuer des missions.

L’appareil acquis aux Pays-Bas sera transféré vers la Belgique par la route – en octobre, selon le site spécialisé A l’Avant-Garde – et servira uniquement de plate-forme d’entraînement à la manipulation de l’armement, a-t-on précisé de sources militaires.

La Force aérienne néerlandaise (KLu) a commencé à recevoir des chasseurs furtifs de cinquième génération F-35 Lightning II américains pour remplacer ses F-16. En Belgique, le retrait des F-16 devrait s’étaler entre 2023 et 2030, alors que la livraison des 34 F-35 commandés est prévue entre 2023 et 2030, avec l’arrivée des premiers appareils à la base de Florennes en 2025.

Selon M. Goffin (MR), la Défense belge pourra probablement à l’avenir encore faire appel aux Pays-Bas dans le cadre du retrait progressif de leur flotte de F-16, « mais plutôt pour la reprise des pièces » de rechange.

Notre sélection vidéo