Abonnez-vous pour 1€

Multiplication des indicateurs du coronavirus en Belgique: voici comment comprendre les chiffres

Multiplication des indicateurs du coronavirus en Belgique: voici comment comprendre les chiffres

Ces derniers jours, la plupart des indicateurs du coronavirus s’affolent dans notre pays. Mais que signifient exactement les chiffres de l’épidémie ?

Les nouvelles contaminations :

Entre le 6 et le 12 septembre, 778, 9 cas de contamination au coronavirus par jour en moyenne ont été détectés. Soit 52 % de plus que la semaine précédente. Ce chiffre a de quoi susciter l’inquiétude : il est en effet plus élevé que le nombre de contaminations recensées à la fin du mois de juillet, lorsque le Conseil National de sécurité a décidé de renforcer les mesures. Il n’y a pourtant pas lieu de comparer ces chiffres. En effet, en mars dernier, on réalisait beaucoup moins de tests que maintenant. Seules les personnes malades au point d’être hospitalisées étaient testées au début de l’épidémie.

L’augmentation des admissions : toutes liées au coronavirus ?

On enregistre également une hausse des admissions sur la dernière période. Entre le 8 et le 14 septembre, 31,4 personnes ont été admises en moyenne par jour à l’hôpital, soit 13 de plus que la semaine précédente. Comme l’ont expliqué les virologues à plusieurs reprises, cet indicateur était le plus fiable pour mesurer la force de la première vague lors de l’épidémie. Pourtant, selon Steven Callens, responsable des maladies infections à l’UZ Gent, contacté par nos confrères du Nieuwsblad, tous les patients corona hospitalisés ne sont pas admis à cause du virus. « On observe aussi dans notre hôpital des admissions pour une raison complètement différente », explique Steven Callens. « Notre dernier patient corona en soins intensifs était aux soins intensifs pour une autre raison ».

Que signifie exactement le « taux de positivité » ?

Selon les chiffres communiqués ce mardi par Sciensano, le taux de positivité s’élevait à 2,9 %, soit 2,9 tests positifs pour 100 tests réalisés. Pour l’OMS, les mesures sanitaires ne devraient pas être assouplies tant que le taux de positivité est supérieur à 5 % pendant deux semaines. Un palier bien supérieur donc au ratio observé actuellement en Belgique. Mais selon Steven Callens, ce chiffre en soi peut ne pas être significatif. « Si vous testez 10.000 personnes au hasard sans symptômes, 2,9 % de positivité c’est beaucoup. Mais si vous ne testez que les personnes qui présentent des symptômes, c’est une autre histoire.

Et le taux de reproduction ?

Le « R0 » du coronavirus, son taux de reproduction, est actuellement de 1,46 en Belgique. Cela signifie qu’une personne infectée en contamine 1,46 autre.

Comment comprendre le seuil d’alarme ?

L’incidence de la Belgique est actuellement de 71 contaminations pour 100.000 habitants. L’Espagne se situe quant à elle à 271 contaminations pour 100.000 habitants et la France à 151. Un chiffre qu’il faut également relativiser. Un petit pays compte logiquement une incidence plus importante.

Au niveau des communes, le seuil d’alarme avait été fixé à 20 cas pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours. Ce qui a parfois donné lieu à d’étranges situations. Des petites communes comptant peu d’habitants ont rapidement dépassé le seuil d’alarme alors qu’en chiffres absolus, elle ne comptait que quelques contaminations seulement.

Notre sélection vidéo