Abonnez-vous à -50%

Le Morbihan et le Finistère sous le soleil: un ravissement

Le Morbihan et le Finistère sous le soleil: un ravissement

Pendant des années, nous avons hésité à partir en vacances en Bretagne. La peur du climat pluvieux nous freinait. Nous nous sommes quand même jetés à l’eau cet été et on peut dire que nous n’avons pas été déçus. Pendant deux semaines, on n’a pratiquement eu droit qu’au soleil, en ce début du mois de juillet. Certes, la température n’a jamais dépassé les vingt-cinq degrés mais quel bonheur de profiter de l’océan, de la nature, des sites et de la beauté du paysage. Là, nous résidions à Guidel Plages, dans un club de vacances. La commune est située à la frontière de ces deux départements, côté Morbihan. Un endroit idéal près de la Laïta, le nom de l’embouchure formée par l’Ellé et l’Isole après leur confluence. Cette Laïta se jette dans l’océan Atlantique et le point de vue, pour y avoir goûté matin et soir, coupe le souffle. Pas étonnant que des peintres, Gauguin en premier, se soient arrêtés en ces divers endroits où serpentent les cours d’eau. Nous ne pouvions évidemment pas rater le village de Pont-Aven. Un endroit certes touristique mais qui, en cette époque de Covid-19, était agréable à sillonner. Au passage, nous nous sommes arrêtés en face du Moulin du Grand Poulguin, l’établissement où le film « Les Galettes de Pont-Aven » avec le truculent Jean-Pierre Marielle a été tourné en partie. Pour ce qui est de la galette, c’est ailleurs que nous en avons dégusté une qui a affolé nos papilles : c’était à la crêperie Saint-Maurice, à quelques dizaines de mètres de l’abbaye portant le même nom et à découvrir absolument. Tant la visite que le repas ont été un régal.

Une plage à Guidel.
Une plage à Guidel.

En fait, dans la région, il y en a pour tous les goûts. En retournant dans le Morbihan, nous nous sommes arrêtés à deux reprises à Lorient. La première, c’était pour aller sur l’île de Groix (voir ci-contre). La seconde, c’était pour remonter à l’époque de la Seconde Guerre mondiale. C’est là que l’armée allemande avait construit ses hangars énormes pour y cacher ses U-Boote. La visite guidée au K3 est fortement conseillée. Tout comme celle du sous-marin Flore et son musée…

Enfin, nous ne pouvions pas terminer notre séjour sans passer par Carnac et ses fameuses pierres.

L’île de Groix à vélo: à faire!

À Lorient, on monte sur un navire de la compagnie Océane. Et on va à Groix. C’est à environ trois quarts d’heure du continent et, croyez-nous, le déplacement en vaut la chandelle. Nous avions acheté les tickets sur internet pour éviter toute mauvaise surprise. En arrivant à Port Tudy, nous nous sommes dirigés vers une société louant des vélos. Vous avez le choix : électrique ou pas mais, pour avoir testé les deux, c’est la meilleure façon de découvrir cette île dont la superficie ne dépasse pas les 15 km2. Avant de monter la côte abrupte qui mène au Bourg, n’oubliez pas d’aller chercher une carte de Groix à l’office de tourisme. À partir de ce moment, l’île est à vous. Nous y avons passé un moment inoubliable, encore une fois sous le soleil. À noter que les restaurants ne manquent pas et c’est bien tristes que nous sommes remontés sur le bateau, en fin de journée. Tristes mais avec le teint hâlé et des images pleins les yeux !

Notre sélection vidéo