Vous n’avez jamais vu la série «Watchmen»? Voici où et quand corriger ça!

Vous n’avez jamais vu la série «Watchmen»? Voici où et quand corriger ça!
DR

C’est l’une des meilleures surprises télé de l’an dernier. Si vous n’avez pas encore pu les voir, ses neuf uniques et fantastiques épisodes (il n’y aura pas de saison 2) seront rediffusés ce dimanche 20 septembre, à partir de 15h sur Be Séries.

Tiré des romans graphiques d’Alan Moore et Dave Gibbons, « Watchmen » (26 fois nommé aux Emmy Awards 2020), du cocréateur de « Lost » Damon Lindelof, situe son action trente-cinq ans après le point final des comics… et du film de Zack Snyder (le réalisateur de « Batman vs Superman » et « Justice League »), sorti en 2009.

On y suit une bande de justiciers masqués menée par Angela Abar, alias Sister Night (Regina King) et le chef de la police de Tulsa, Judd Crawford (Don Johnson), qui enquêtent sur un groupuscule de suprémacistes blancs ultra-violents (« La Septième Cavalerie »), actif en Oklahoma depuis plus d’un siècle. Trois ans auparavant, ce même groupe s’est attaqué à tous les policiers de la ville ainsi qu’à leurs familles. Afin de protéger leur identité depuis cette nuit tragique, dite « La Nuit Blanche », les forces de l’ordre avancent désormais à visage couvert, arborant un bandana jaune afin de préserver leur anonymat.

Notre avis

« Nouveau beau produit télé, « Watchmen » ne pourra que réjouir les fans des personnages de la BD, héros aussi agressifs que ceux qu’ils traquent », assure notre correspondant à Hollywood, Jean-Philippe Darquenne, qui a vu la série avant tout le monde ici. « Mais rappelons-le, l’hémoglobine coule à flots et dans une ambiance délibérément malsaine. Certains images sont même difficiles à regarder, et le sont d’autant plus que la barbarie raciale existe bel et bien. Avant de vous plonger dans cette série avec une Regina King plus solide que jamais, sachez donc dans quoi vous vous engagez. Mais à côté de ça, soyez sûrs que les récompenses ne manquent pas, la première étant sans doute la présence d’un Jeremy Irons dans le rôle d’un doux-dingue dont on n’écrira rien de plus. »

Notre sélection vidéo