Abonnez-vous à -50%

Une jeune femme de 27 ans a failli perdre la vie à cause d’une bactérie mangeuse de chair: «Agissez rapidement, dès les premiers symptômes!»

Photo
Une jeune femme de 27 ans a failli perdre la vie à cause d’une bactérie mangeuse de chair: «Agissez rapidement, dès les premiers symptômes!»
Facebook

Rhea, 27 ans, avait remarqué une petite tache rouge et douloureuse sur le haut de sa jambe. La jeune femme ne s’en est pas souciée mais seulement cinq heures après l’avoir remarquée, sa vie était soudainement en danger.

Sa cuisse entière a commencé à s’enflammer et est devenue noire par endroits. Elle a immédiatement été emmenée à l’hôpital où elle a dû subir huit opérations en moins d’une semaine pour enlever la peau infectée par ce qu’on appelle la fasciite nécrosant, ou la dermo-hypodermite bactérienne nécrosante profonde.

« Je me sentais tellement mal après ma journée de travail que j’ai pris un rendez-vous chez le médecin et j’ai ensuite été transportée à l’hôpital », raconte-t-elle au Mirror. « Tout s’est passé si vite. Les médecins ont dit que si j’avais attendu quelques heures de plus, je n’aurais pas survécu ».

« Les médecins n’arrêtaient pas de me demander si j’étais allé à l’étranger. Ils pensaient que j’avais peut-être été mordue par quelque chose, mais ce n’était pas le cas. C’était effrayant de ne pas savoir ce qui avait causé ma maladie, car quand je suis finalement sortie de l’hôpital, je craignais de la contracter à nouveau, même si c’est quelque chose de très rare », explique-t-elle. « Comme j’ai été alitée pendant des semaines, j’ai dû réapprendre à marcher et j’ai été en congé pendant une année entière ».

Rhea partage maintenant son histoire pour sensibiliser le grand public à la fasciite nécrosante et le prévenir que les premiers symptômes doivent être pris au sérieux : « J’ai eu beaucoup de chance. Dès les premiers symptômes, agissez rapidement ! », prévient-elle. « Quand on m’a parlé pour la première fois de mon diagnostic, je n’avais aucune idée de ce que c’était, la plupart des médecins n’avaient pas traité de cas auparavant car cette maladie est extrêmement rare ».

La fasciite nécrosante, désormais appelée dermo-hypodermite bactérienne nécrosante profonde, est une infection d’une extrême gravité. La sévérité avec laquelle elle s’attaque à la peau puis aux tissus jusqu’au muscle lui vaut le nom de « maladie mangeuse de chair ». Elle conduit au décès dans 30 % des cas.

Notre sélection vidéo