Abonnez-vous à -50%

David a failli perdre son bébé de 17 jours à cause d’un biberon: «Vous n’imaginez pas que ce genre de choses puisse vous arriver»

David a failli perdre son bébé de 17 jours à cause d’un biberon: «Vous n’imaginez pas que ce genre de choses puisse vous arriver»
Photo d’illustration

Bertie avait 17 jours quand il a frôlé la mort. Il buvait son biberon, lorsqu’une goutte de lait est entrée dans ses poumons. Le pauvre bébé à fait plusieurs arrêts cardiaques après avoir été emmené en urgence à l’hôpital de Grantham, dans le Lincolnshire. Les parents ont dû dire adieu à leur enfant alors que les médecins, pessimistes, l’emmenaient pour le réanimer, comme l’explique le Sun.

Heureusement pour lui, son heure n’était pas arrivée. Son rythme cardiaque s’est miraculeusement accéléré et, contre toute attente, il s’en est sorti.

Les parents témoignent : « Vous n’imaginez pas que ce genre de choses puisse vous arriver. Quand nous étions à l’hôpital, je me souviens avoir pensé que c’est le genre de choses qu’on voit à la télévision. Je me sens tellement chanceuse que Bertie s’en sorte… nous pensions qu’il n’allait pas survivre. »

Les médecins étaient unanimes : Bertie est un miracle. « Ce sont les médecins et les infirmières qui l’ont sauvé. Je leur dois la vie, parce qu’ils ont sauvé la sienne et grâce à eux, nous pourrons le voir grandir », déclare-t-elle reconnaissante.

8 minutes d’arrêt

En tout, le jeune Bertie a subi trois arrêts cardiaques. Le lait qu’il avait dans les poumons l’empêchait de respirer correctement, et privé d’oxygène, a provoqué les arrêts. « J’étais paniquée et hystérique parce que je n’avais aucune idée de ce qui se passait et si mon fils allait survivre… et personne ne pouvait me le dire, car ils ne savaient pas ».

Après un arrêt cardiaque de huit minutes, puis deux autres de trois minutes, les médecins ont réussi à relancer le cœur du petit Bertie. « Les médecins et les infirmières ont fait ce qu’il fallait pour sauver mon bébé », explique-t-elle. « Ils n’ont pas pu nous dire quelle sera la gravité de sa paralysie cérébrale quand il sera plus âgé, ni quelles seront les séquelles, mais il va bien, c’est ce qui compte ».

Notre sélection vidéo