Parés à tout ce que l’avenir réserve

Lorsque la santé des parents d’Annemie a commencé à décliner, la famille a tout fait pour qu’ils restent vivre dans l’environnement familier de leur grande maison de maître. « Mais ça n’a rien eu d’évident, même après l’installation d’un monte-escalier », raconte Annemie. Ne voulant pas se retrouver dans pareille situation plus tard, Annemie et son mari décident alors de déménager dans une nouvelle construction pensée pour parer à tout ce que l’avenir est susceptible de réserver.

« Nous avons habité 29 ans dans une maison moderne à Oppuurs, à quatre kilomètres d’ici. Mais faire des rénovations là-bas pour y rester à long terme était inenvisageable, car cela demandait bien trop de travaux. Le bâtiment était aussi trop grand pour nous deux : un étage restait complètement inoccupé. Voilà pourquoi il nous a semblé préférable de partir d’une feuille blanche. Le bouche-à-oreille nous a appris qu’il y avait un terrain à bâtir à Saint-Amand. Nous sommes donc allés y jeter un œil, et avons décidé le jour-même d’acheter la parcelle. Le notaire était en vacances à ce moment-là, mais nous lui avons indiqué dans un e-mail que nous allions mettre le prix demandé », sourit le couple.

Une ossature en bois

La construction elle-même s’est déroulée aussi bien que la recherche du terrain désiré. Sept mois à peine après le premier coup de truelle, toute la maison était prête. « Ça m’a un peu inquiété, au début », reconnaît Guy. « Je pensais qu’une série de soucis allaient immanquablement nous tomber dessus pendant la construction, mais j’ai revu mon point de vue. La construction de l’ossature en bois s’est faite très vite, et l’entreprise de construction Arkana s’est très bien tenue aux délais convenus. Ils ont aussi toujours communiqué clairement les choses par rapport aux prix et, si un petit problème se présentait, une solution était rapidement trouvée. »

Guy et Annemie savaient très bien ce qu’ils voulaient : tout au rez-de-chaussée, un volume réduit mais bien aéré comme pièce de vie, pas de structure trop compartimentée, beaucoup de lumière et peu d’entretien. « Une maison où vivre sans soucis, aujourd’hui mais aussi à l’avenir. Les architectes de STAM ont traduit nos idées dans un concept, encore amélioré par l’ajout de leurs propres idées, ce qui nous convenait parfaitement. Cela fait maintenant huit ans que nous habitons ici, et chaque jour qui passe nous rappelle à quel point cette maison est confortable. »

La grande liberté de mouvement des lieux y est pour beaucoup. Dans le cas présent, cela a été rendu possible en laissant plus de place que d’ordinaire, partout : entre la table et les fenêtres, entre le coin à cuisiner et l’îlot central, entre les armoires et le lit… Ainsi, une personne dans un fauteuil roulant peut manœuvrer partout sans soucis.

Cette approche a aussi un effet positif sur le sentiment d’espace, tout comme la chape de béton qui couvre l’ensemble et les portes qui disparaissent dans les murs plutôt que de tourner, devenant ainsi en pratique invisibles. Quand tout est ouvert, l’habitation devient un ensemble où toutes les pièces sont connectées. Cela donne l’impression que la maison est bien plus grande que les 136 m² de surface habitable qu’elle présente en réalité.

Des armoires sans pieds

« Une des trouvailles les plus réussies pour nous, c’est la paroi avec les armoires de la cuisine. Elle va jusqu’au plafond et forme une large séparation entre l’espace de vie et la chambre à coucher. Il y a un énorme espace de rangement (donc un grenier ne nous manque vraiment pas), et des emplacements sont prévus pour installer des appareils tels qu’une machine à café et une friteuse, qui sont susceptibles de gâcher la vue et de rendre la cuisine moins élégante. Ça vaut aussi pour les poignées : c’est pour ça que nous avons partout des armoires qui s’ouvrent avec une simple pression. » Il y a un meuble sur mesure similaire dans le coin salon, qui combine armoires fermées, meuble TV et étagères. Ce meuble flotte au-dessus du sol et, comme il n’y a pas de pieds, il est facile de nettoyer en-dessous. Tout comme les murs et le reste du mobilier fixe, il est peint en blanc pur (RAL 9010) et assorti au plan de travail de la cuisine, à la baignoire et au meuble principal avec les éviers de la salle de bain. Ces derniers éléments sont recouverts de pRal, un matériau composite d’Abet Laminati difficile à distinguer du très chic corian, mais bien moins cher.

Un jardin prairie

Les éléments noirs que sont les luminaires, le divan et les chaises de table, ainsi qu’une longue table en placage bois brun foncé (dans le prolongement de l’îlot central) amènent un peu de contraste. Mais c’est surtout l’environnement extérieur très coloré qui ajoute de la chaleur. « Nous avons opté pour un concept de jardin où il faut tout couper court au printemps, et qui ne demande que peu d’entretien par la suite. L’aménagement du jardin prairie n’a quand même pas été une mince affaire. Il a fallu quatre semaines pour mettre en terre 1800 bulbes et 3500 plantes. Et après ce gros boulot, nous avons encore dû répartir 55 tonnes de pierre de lave entre les parterres et aménager les différents petits sentiers. »

Cette partie plus laborieuse n’a cependant pas été vaine, car le jardin est une petite merveille du genre, avec des parties en fleurs à chaque saison. L’aménagement a aussi été réalisé en pensant aux vieux jours de Guy et Annemie. « Cela nous permet de toujours avoir une vue changeante à admirer. Même si nous devions nous retrouver un jour cloués au lit : en prévision de cela, nous avons aussi installé des fenêtres spéciales, à bonne hauteur, dans la chambre à coucher. »

Les pièces d’un beau puzzle

Pour assurer la cohérence de l’ensemble, il y a aussi une fenêtre de ce genre à la salle de bain. Les deux espaces sont connectés via un volume central, derrière le lit. Dans ce volume, il y a d’un côté une grande douche italienne au niveau du sol, et une baignoire sur le côté opposé. Le meuble avec les éviers complète l’ensemble, sur le dernier côté. « Ça n’a pas été simple d’assembler toutes les pièces, mais le résultat de ce puzzle nous semble très réussi. » « Le moindre centimètre est bien utilisé. Ainsi, il y a une petite niche prévue dans une armoire pour y charger les brosses à dents et ranger les produits de soins du quotidien. Il n’y a donc rien qui traîne, et tout semble bien rangé. Ça a un effet apaisant bienvenu. Quand on y ajoute la sérénité d’esprit qu’elle nous offre, en sachant que nous sommes parés pour l’avenir, cette maison est vraiment parfaite pour nous. »

20 caractéristiques d’une maison d’avenir

  • Des embrasures de portes assez larges pour un fauteuil roulant : 85 cm au lieu de 75
  • Des portes coulissantes ou pivotantes au lieu de portes classiques
  • De larges couloirs
  • Pas de marches, ou uniquement de petite taille
  • Une douche italienne au niveau du sol
  • Une baignoire basse facile d’accès
  • Une toilette sans serrure
  • Des mains courantes dans la salle de bain
  • Des fenêtres basses dans la chambre, pour garder une vue sur le jardin depuis le lit
  • Beaucoup d’espace entre les éléments pour faciliter la circulation en fauteuil
  • Un espace de vie ouvert
  • Des meubles sur mesure encastrés plutôt que des éléments isolés
  • Pas de tapis
  • Tout au rez-de-chaussée, ou installation d’un ascenseur
  • Facilité d’entretien, pour un nettoyage rapide
  • Serrures connectées aux portes d’entrée, de derrière et du garage
  • Commande centralisée de l’éclairage et des rideaux (via une application)
  • Des prises de courant à bonne hauteur
  • Un comptoir de cuisine pouvant accueillir un fauteuil roulant
  • Une terrasse de niveau dans des matériaux sur lesquels il est facile de marcher ou manœuvrer